Contre-Regards

par Michel SANTO

Infinie bêtise !

barthes

Vent violent, ciel clair et température basse. Il fait froid ! Les visages sont fermés et « fripés ». Un temps à courir chez sa boulangère, pour filer ensuite dans une brasserie. Au chaud ! Y lire son journal, observer son voisin et se laisser envelopper par un fond de paroles brouillées propre au lieu, qu’une odeur de café crème leste d’une délicate pointe de suavité. Chaude et bienheureuse bêtise… Plus tard, France Culture : «  le journal de la philosophie ». François Noudelmann reçoit Claude Coste pour son ouvrage “Bêtise de Barthes” paru chez Klincksieck, 2011. Son hypothèse : la bêtise et le stéréotype sont liés. Comme chez Flaubert ( son dictionnaire des idées  reçues ). Et personne n’y échappe. Barthes comme nous tous. Le Moi, suprême bêtise, est une illusion, et seule la littérature, l’écriture : la fragmentée, peut nous permettre d’en sortir. Peut-être ! Exemple de bêtise : celle du politique. Du militant, plus précisément, qui ne pense jamais par lui-même. Par nature, si je puis dire…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (2)

  • Avatar

    raynal

    |

    Bonsoir, Michel,

    Tu sais ce que disait Revel…L’idéologie c’est ce qui dispense de penser.

    Le militant est comme la moule accrochée au rocher de ses certitudes et cependant, soyons francs, quelques uns d’entre ont pu autrefois changer la face du monde.

    Mais aujourdh’ui.? tu sais aussi ce que dit…?(j’ai oublié) ”ne pas etre révolutionnaire a 20 ans c’est une anomalie…Le rester a 60ans c’est une faute.

    Bon Noel a toi et aux tiens.

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Merci de me lire avec autant de constance ( et d’intelligence ), Jacques! Bonnes fêtes à toi aussi , et à tous ceux qui te sont chers…

    Reply

Laisser un commentaire