29 maires et un député pour relancer l’usage des voitures sur les plages !?

       

Ne « tournons pas autour du pot » : cette relance publique par 29 maires du « narbonnais » et le député Alain Perea, qui demandent à l’État de déroger à la loi Littoral pour autoriser la circulation et le stationnement des voitures sur les sites et les plages de la Vieille Nouvelle, du Rouet et des Montilles, est tout simplement ahurissante. Parce que juridiquement absurde d’abord : cela a été déjà dit et rappelé à plusieurs reprises par les différents acteurs publics concernés pour que je m’abstienne ici de faire état des positions et des arguments avancés par les uns et les autres.

Lire ne sert à rien, lire ne rapporte rien…

       

Lire ne sert à rien, lire ne rapporte rien, lire est une perte de temps ; lire est improductif, lire ne capitalise rien. Rien ne reste, que des livres. Lire c’est s’oublier ; oublier, se perdre, gagner en nuances et complexité. Se retrouver. Lire est un luxe ; et un scandale. Lire est un acte de résistance. Lire, c’est arrêter le temps, ne pas le compter. Lire n’est pas rentable. Oui, la lecture ne sert à rien, c’est sa puissance. Un jour lointain, j’ai ouvert « Lucien Leuwen » ; le lendemain, mes « idées et essais » étaient déposés chez Emmaus. En ce moment, je relis « La Recherche… », page à page. Des heures et des heures. Inutiles, hors du temps… Lire c‘est vivre !

Stop à l’impérialisme vélociplédique !

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mardi 18 heures.
Nous étions sur le même trottoir, large et désert. Il était 18 heures environ. Je marchais d’un bon pas, l’esprit en balade ; elle roulait d’un bon train, ses cheveux au vent. Nous avancions l’un vers l’autre quand j’avisai soudain les mouvements suspects de sa bicyclette.

Du R.C.N, du passé, de son « peuple »… de ses « vestes » !

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Propos chauvins et inutiles.
Un sursaut d’ambition et d’énergie était attendu par le « Présidium » du R.C.N, vendredi soir à Béziers. En contrepartie, ils ont assisté à un humiliant effondrement physique et moral de leur équipe. Et c’est avec 34 points dans la « musette » et une dernière place au classement de la Pro 2, qu’ils sont tous rentrés à la « maison ».

J’en fais l’aveu : je n’achète jamais les romans, récits et essais couronnés d’un prix littéraires…

     
J’en fais l’aveu : je n’achète jamais les romans, récits et essais couronnés d’un prix littéraires le lendemain de leur festive et gastronomique attribution. En général, je le fais, pour certains, les années suivantes, et plutôt chez un bouquiniste, d’ailleurs ; ou bien mais plus rarement, pour ne pas dire jamais, parce que l’un de ceux-là – ou deux, peut-être ! – est déjà rangé dans ma bibliothèque. C’est ainsi ! Le manque de temps, bien qu’il ne soit plus consacré à « gagner ma vie », en est la seule raison. En vérité une authentique allergie au « cirque publicitaire et médiatique » qui précède et suit la proclamation des lauréats de ces prix, aussi. Je disais donc que le temps me manquait et que celui que je consacrais à la littérature, je le réservais, depuis juin, à la (re)lecture quotidienne de Proust – au moins dix pages ! – à celle des journaux de Matthieu Galley et de Pavese, notamment. Je relis aussi, au hasard, des pages de Michon dont le style ne cesse de m’éblouir et celles – déjà lues ou pas – d’ouvrages qui me tombent sous la main quand « je suis planté » tôt le matin devant ma bibliothèque pour les feuilleter ensuite, tout en buvant ma première tasse de café pendant que tout le monde encore dort. (Aujourd’hui, c’était la dernière Pléiade : Virginia Woolf, achetée récemment à moitié prix dans une librairie amie ayant hélas! « plié boutique ».) On l’aura compris, je ne suis pas prêt à lire ceux qui font l’actualité littéraire de ce mois ; je n’en dirai donc rien. Cependant, à propos d’écriture et de style, j’ai souligné ceci, hier soir, un peu avant de m’endormir. Qui n’a rien à voir avec le sujet évoqué dans ces premières lignes. Encore que !
« Par là M. de Guermantes pouvait être dans ses expressions, même quand il voulait parler de la noblesse, tributaire de très petits bourgeois qui auraient dit : « Quand on s’appelle le duc de Guermantes », tandis qu’un homme lettré, un Swann, un Legrandin, ne l’eussent pas dit. Un duc peut écrire des romans d’épicier, même sur les mœurs du grand monde, les parchemins n’étant là de nul secours, et l’épithète d’aristocratique être méritée par les écrits d’un plébéien… Mais une autre loi du langage est que de temps en temps, comme font leur apparition et s’éloignent certaines maladies dont on n’entend plus parler ensuite, il naît on ne sait trop comment, soit spontanément, soit par un hasard comparable à celui qui fit germer en France une mauvaise herbe d’Amérique dont la graine prise après la peluche d’une couverture de voyage était tombée sur un talus de chemin de fer, des modes d’expressions qu’on entend dans la même décade dites par des gens qui ne se sont pas concertés pour cela. » Proust, Marcel. A la recherche du temps perdu (Edition enrichie): L’intégrale des 7 livres. Édition du Kindle.

Articles récents