Contre-Regards

par Michel SANTO

Avec François et Valérie, tous à la Lanterne !

 

 

 images-copie-5.jpeg

 

 

Ouf, enfin à la Lanterne ! Ah, ça ira, ça ira… chante Valérie, dans le Parisien, ce matin. Qui nous l’éclaire, en ombre chinoise, sur les studieuses vacances d’elle et François : ” Cette année, il a prévu, en plus de ces rendez-vous téléphoniques, de répondre lui-même à quelques lettres de Français. Il en reçoit cinq mille par mois, c’est beaucoup, mais il tenait à en lire le plus grand nombre ” . On l’imagine, comme au temps jadis, quand les dames se plaçaient dans les lanternes de la Grande Chambre pendant que le roi tenait un lit de justice, l’assister dans ce titanesque labeur épistolaire. Une harlequinade ! Ségolène nous contait fleurette et chabichou, Valérie veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. On se croirait dans ” Jours de France “, quand ceux du château voulait faire simple, peuple et pour tout dire normal…images d’une épouvantable vulgarité. Le monde de la politique étant une lanterne magique, j’y verrais plutôt François parcourant les allées d’un parc du même nom, en plein jour, un falot rose à la main, déclarant à ceux qui lui demanderaient ce qu’il fait : « Je cherche la croissance » ( variante: ” je cherche une inversion de courbe ” )

Hollande en guinguette à Marly !

 

affichebalgr.jpg

 

 

Marly-le-Roi est une commune française située dans le département des Yvelines et la région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Marlychois. Et son salpicon, la timbale de Marly. Un mélange à base de légumes, de fruits ou encore de viande coupés en petits dés. Cette jolie petite ville offre à ses visiteurs et à notre Président le visage bucolique d’une cité des bords de Seine où séjournèrent les Impressionnistes. Son musée de la Maison Fournaise fait revivre à ses visiteurs les heures joyeuses de cette célèbre guinguette du XIXème siècle. On y découvre également le restaurant du même nom qui servit de décor au ” Déjeuner des Canotiers ” de Renoir. On n’oubliera pas non plus son musée de la Grenouillère, qui fut en son temps un haut lieu du divertissement populaire, fréquenté aussi par les bobos de l’époque. En Août 1869, attiré par la réputation du café-bal, Napoléon III, accompagné d’Eugénie, rendit une visite aux propriétaires des lieux Monsieur et Madame Seurin. Le 8 août de cette année 2013, c’est François Hollande, accompagné de Fleur , qui, au terme d’un pèlerinage commencé sous l’égide du foie gras, à Auch, se promenait dans Marly sous le seul signe de Badinguet, Badinguette étant sous les Tropiques . On se souvient peut-être que certains commentateurs avaient affublé Sarkozy de ce sobriquet au motif de sa proximité avec les affaires et la finance . L’histoire est farceuse, tout de même ! À la Lanterne, ce soir, et pour une semaine de vacances dans cette résidence d’Etat réservé pourtant au premier ministre, François pourra méditer, dans la chambre où Nicolas et Carla passèrent leur première nuit de noces, sur ces étranges coïncidences. Pas sur que Valérie apprécie ce voisinage subliminal… 

Les Barques à travers les films de Jean Eustache (1938 – 1981)

  mes-petites-amoureuses-1  
 

De 1951 à 1957, Jean Eustache habitait Narbonne place Albert Thomas (actuelle place des Quatre-Fontaines). Il se souvient de son adolescence narbonnaise dans un court métrage tourné dans notre ville l’hiver 1965-1966, Le père Noël a les yeux bleus, avec Jean-Pierre Léaud, et dans un film réalisé durant l’été 1974, Mes petites amoureuses avec dans les rôles principaux Martin Loeb et Ingrid Caven.

À Narbonne, les terrasses affichent complètes ?!

 

imgres-copie-3.jpeg

Cette phrase de Gaëtan Delafolie trouvée dans son article sur la ” braderie ” de Narbonne,  lu , ce matin, dans l’édition de la même ville du Midi Libre de ce jour : “Jeudi 1 août, à midi, les terrasses affichaient toutes complètes.” Complètes, bigre ! Complètes, elles l’étaient sans doute les terrasses, mais peut-on dire, sans blesser l’oreille et l’usage, qu’elles affichaient complètes ? Même précédées de toutes, les dites terrasses n’affichaient qu’un seul et même message : complet ! non ? Ce soir là, sur les Barques, les commerçants du centre ville donnaient concert. Le Rive gauche aussi, 50 mètres plus loin. Cacophonie ! Bouillie sonore fortement dosée en violents décibels et pauvres onomatopées anglo-saxonnes. Une purée aux accents d’ici. Incompréhensible aux oreilles d’un hooligan analphabète et beurré… Une affiche de folie, Gaëtan ! Les terrasses étaient clairsemées. Le complet, quoi !

Articles récents

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

    Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Robine » selon l’Ind[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio