Ces gens si pleins de leurs idées, qu’il n’y a plus de place pour celles d’autrui…

 
 
 
 
 
 
J’ai souvent vérifié, à la lecture de textes publiés sur un réseau social, notamment, ou de commentaires sur ceux qu’il me plait, sur le même support, de rédiger, comme en ce moment, la constance, ou plutôt ce travers de l’esprit que les psychologues nomment : le biais de confirmation. Un penchant naturel de notre cerveau, si j’en crois ces derniers, dont la découverte ne date cependant pas des dernières avancées des sciences de l’esprit. Déjà, La Bruyère, dans son inégalable style, n’en décrivait-il pas les symptômes ? :

Déconfinement : il ne faut pas infantiliser les français !

 
 
 
 
Dans la série, « il ne faut pas infantiliser les français » : cet après-midi, dans une zone commerciale, une heure de queue devant le magasin de jouet d’une grand marque commerciale – pas de pub ! – et affluence « métro » comme aux heures de pointe, à l’intérieur du magasin.
Dans celle – série – , fort applaudie ces derniers jours dans les médias, « le livre est un bien essentiel : c’était en centre ville et les passants passaient devant la vitrine d’une librairie indépendante ; un péquin – je ne compte pas le libraire… – à l’intérieur, feuilletait consciencieusement un livre ; il prenait son temps et semblait s’être mis à l’abri – dehors il pleuvait !

Cette France-Facebook peuplée de millions d’experts en infectiologie et logistique…

 

La France Facebook, ce merveilleux pays virtuel dans lequel vivent d’admirables habitants ; dotés de toutes les vertus et de tous les savoirs, ils se présentent à nous, tous les matins, sous les traits d’incontestables, d’imperieux experts en épidémiologie, infectiologie, virologie, logistique… qu’auréolent de surcroît un remarquable sens du sacrifice, une splendide humanité. Ils sont la gloire de ce monde. Loués soient-ils !

Ce soir, les plateaux télévisuels de ces municipales étaient moralement insupportables…

     

#Coupdegueule Ben voilà ! Je viens de fermer la télé. Des plateaux où des Royal (mais on l’invite à quel titre cette dame en totale perdition intellectuelle et politique ?), des Corbières, des Retaillau, des Bardella… se vautrent dans une démagogie indécente, dans le moment même où notre pays traverse une crise sanitaire d’une ampleur exceptionnellement grave pouvant entraîner la mort de milliers de personnes, m’étaient devenus insupportables. Mais comment peut-on moralement s’abaisser ainsi ? Mais comment peut-on encore, ne serait-ce qu’écouter, une opposition aussi minable ? Ce soir, j’éprouve un profond dégoût pour ce genre de politiciens sans scrupules. Et que l’on puisse accorder sa confiance à ce genre de personnages incapables de se hausser au niveau des exigences d’un pays vivant une situation aussi dramatique, me terrorise.

Articles récents

  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    2 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
  • Deux, trois remarques sur les législatives 2022 dans l’Aude, et ailleurs…
      Lu.20.6.2022 Dans mon département : l’Aude, sur les trois députés sortant LREM, seul celui de la deuxième circonscription (celle où je vote) Alain Perea, était en lice au second tour face à un […]
    4 commentaires
  • Des chats et des hommes !…
        Sa. 6..6.2022 Quand j’ai été interpellé par cette dame d’un âge moyen fraîchement permanentée et bourgeoisement mise dans ce hall d’entrée d’un magasin alimentaire, j’ai tout d’abord […]
    2 commentaires