Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Pourquoi donc les boulangeries ne pourraient pas ouvrir sept jours sur sept?

    photo-copie-1  

Peut-on ouvrir son commerce 7 jours sur 7 ? Non, selon la justice civile. Quatre boulangers des Landes, poursuivis devant le tribunal de police de Dax pour avoir vendu du pain tous les jours de la semaine, en infraction avec la règlementation en vigueur, avaient été condamnés  à 500 euros d’amende avec sursis. Mais oui, selon le tribunal administratif de Pau, qui vient de déclarer illégal l’arrêté de la préfecture des Landes interdisant aux boulangers de ce département de travailler tous les jours de la semaine, au motif que l’arrêté n’avait pas été signé par l’ensemble des organismes vendant du pain dans le département.  L’affaire avait éclaté début 2015 au moment où les débats à propos de la loi Macron se concentraient sur le travail dominical et avait rapidement pris une tournure politique. Les Républicains (sous le sigle UMP à l’époque), notamment, avaient ainsi lancé en février une pétition de soutien à Stéphane Cazenave, l’un des boulangers landais mis en cause. L’argument avancé par Jean-Pierre Crouzet, le patron du syndicat des boulangers, était  que l’ouverture 7 jours sur 7 présenterait un danger pour la profession et qu’elle favoriserait  inévitablement “les plus gros au détriment des plus petits.” Comme si le client amateur de bon pain aimait à se faire rouler dans la farine. Je prends mon cas pour exemple. Mon boulanger de la place de Verdun, dont j’ai déjà dit et écrit qu’il était le meilleur de la ville, à tout le moins, est fermé le dimanche. En changer le lundi ne m’a pourtant jamais effleuré l’esprit, sauf cas de force majeure, au motif qu’à acheter une baguette bien cuite aux Halles ou à la boulangerie de la place de l’hôtel de ville, la veille, m’inciterait à ne plus y retourner le lendemain (1). D’autant plus stupide que je pourrais, le samedi, comme de nombreux clients venant de villages voisins, acheter tout un lot de pains pour la fin de semaine. Ils sont d’une qualité telle qu’ils se conservent parfaitement bien. Bref! Faire passer le goût du pain (tuer) aux  boulangers qui travaillent 7 jours sur 7 et le dimanche n’ôte pas nécessairement à celui qui ne le veut, ou peut pas, le pain de la bouche. Le goût et le plaisir d’un bon pain ne se mendient pas…


(1) Dans l’Aude, pas d’interdiction d’ouverture 7 jours sur 7…

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Bernard-Mery de Vargas

    |

    Cela fait partie d’un lot de réglementations obsoletes qui perdurent on ne sait trop pour quoi ou pour qui. Mais on est pas les seuls, j’ai souvenir de voyages en Suisse ou j’avais appris à m’enquérir du jour de fermeture de l’hôtel ou je comptais résider.
    Sauf changement depuis, les hôtels ont l’obligation de fermer une journée dans la semaine. En fait le tôlier est là, il s’occupe des clients déjà présents mais ne peut en accueillir d’autres ce jour là.
    Trop drôle, non?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :