Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne l’été. De la “Jument Verte” et de Jean Cassanéa de Mondonville…

Mondonvilles-1024x768


C’est une  petite rue du quartier de Cité, étroite et sombre. Ses façades  suintent la fatigue et le désespoir. Le jour rien n’y attire personne. Absolument rien! C’est au seuil de la nuit seulement qu’elle s’anime. L’été, les tables sortent. Alors elle s’emplit de paroles, de rires et de joie; et on oublie ses murs gris et sans âme. Ce miracle là, on le doit, à la Jument verte où Graziella et ses enfants, son fils en cuisine, sa fille au service, tous les soirs, officient. L’âme de Marc, malheureusement trop tôt partie y est cependant toujours présente. Marc avait en effet ce don de rassembler.Par sa grâce – lui pourtant si solitaire – convergeaient vers elle tous ceux qui aimaient à le voir entre tables et cuisine incarner une certaine idée de la vie et de la sociabilité. Ce don de rassembler, Graziella et tous ses amis l’entretiennent dans la plus grande discrétion. On s’y sent bien dans cette petite rue Mondonville, étroite et sombre, l’été! Plus précisément Jean Cassanéa de Mondonville. Un immense personnage né à Narbonne le 25 décembre 1711, où son père était musicien à la cathédrale Saint-Just. Violoniste virtuose et compositeur au Concert spirituel, en 1738, l’année suivante, musicien du roi puis sous-maître de la chapelle royale, un immense personnage pour une si petite rue qui, en son temps, apporta au genre du grand motet — genre dominant du répertoire de la Chapelle royale jusqu’à la Révolution — une couleur et un “dramatisme” inconnus jusque là. Ses œuvres sont des morceaux d’anthologie de la musique baroque, jamais , hélas, offertes au public narbonnais. 


   

Discographie: (ici)

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    dani7

    |

    Dommage ,mon été est Montpellierain.
    Je n’aurais pas manqué la jument verte ,si j’étais sur Gruissan .
    Au mois de septembre ,peut être.
    Merci de cette, encore précieuse, chronique, riche pour moi en nouveauté.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Rendez-vous en septembre, alors. Bon et bel été!

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :