“Dans la musique de Bach, on entend l’absolu”. Vraiment ?

   

Ce titre d’un long entretien donné à Télérama par André Comte-Sponville : “Dans la musique de Bach, on entend l’absolu”. Entendre l’absolu ! Que de grandiloquence dans l’expression ; quel manque de naturel et de sincérité. Quel vide spirituel aussi dans cet énoncé. J’ai toujours un mouvement de recul quand je l’entends (ou la lis) ici ou là. En vérité, je la trouve pontifiante et surtout bête. Voulant exprimer, on le suppose, une infinie perfection, comment pourrions nous en effet avec nos sens bornés et notre intelligence finie, l’entendre ou la connaître ? Y penser peut-être, en rêver sans doute, mais la saisir dans toutes ses dimensions rationnelles ou esthétiques, voyons ! L’écoute de Bach (ces sonates pour violoncelle seul, notamment) me met dans des états subjectifs et émotionnels sur lesquels je ne peux placer la moindre idée, le moindre mot ; en déduire la moindre phrase. Ils brisent toutes mes tentatives de représentation. Mieux vaux s’en tenir à distance et renoncer à en avoir une idée claire ou à l’absolutiser. Humblement ! J’aime ainsi entendre en Bach tout ce qu’il m’est impossible de comprendre.

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (3)

  • Avatar

    KRISDEN

    |

    En philosophie, l’absolu est un concept désignant un être qui ne dépend d’aucun autre et qui a en lui même sa raison d’être. Au centre de la philosophie d’Hegel, l’Esprit est l’Absolu et l’Art manifeste l’Absolu sous une forme sensible. La musique étant un art, pourquoi André Comte-Sponville ne pourrait-il pas « entendre » l’Absolu dans la musique de Bach?

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      La peinture étant un art, voyez vous l’Absolu dans telle toile de Picasso ou Cézanne ?

      Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      « S’il y en a un qui doit tout à Bach, c’est Dieu. » Dédé Sponville aurait dû lire Cioran.

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :