Contre-Regards

par Michel SANTO

“Fractures françaises”: les lignes idéologiques bougent…

fractures-franaises-2016-repli-et-dfiance-au-plus-haut-1-638


Très intéressante cette enquête annuelle (1) “Fractures françaises” – la quatrième du genre depuis janvier 2013, du Monde, réalisée par Ipsos-Sopra Steria en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès et Science Po, présentée par Gérard Courtois, dans la Matinale du même quotidien, le 27 avril. Elle montre en effet un électorat socialiste qui, désormais, porte un jugement très sévère sur la vie politique et ses acteurs. Ainsi: “pour 65 % d’entre eux, le système démocratique fonctionne plutôt mal en France et ils ont l’impression que leurs idées ne sont pas bien représentées.C’est moins que chez les Républicains (79 %) et au Front national (97 %), mais c’est un sentiment qui a progressé de 26 points depuis janvier 2013.”

De même, qu’ils sont: “77 %, en hausse de 18 points, à juger que les responsables politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels… et que 60 % des sympathisants de gauche, en hausse de 20 points, considèrent désormais que la plupart des hommes et femmes politiques sont corrompus (contre 68 % chez les Républicains et 85 % au Front national).” À noter “qu’ils sont (76 %, + 6 points en deux ans) à penser que l’«on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre». Une autre façon de dire que François Hollande ne répond pas à cette attente.

Sur l’Europe, le traditionnel clivage droite-gauche apparaît désormais singulièrement brouillé. “Socialistes et Républicains font un bilan également positif de l’appartenance à l’Europe (62 % et 61 % respectivement).” Mais: “Le fossé, en revanche, est manifeste avec le Front de gauche (45 % seulement) et, sans surprise, le FN (15 %).”

Clivage qui commence à s’effacer aussi à propos de la politique économique ou sociale. “Ainsi de la proposition selon laquelle «pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres» : les Républicains se démarquent très nettement, 29 % seulement étant d’accord ; au Front national, une majorité nette et stable (56 %) est d’accord. C’est à gauche que le jugement a évolué : en 2013, socialistes et Front de gauche partageaient cette opinion à égalité (83 % et 82 %) ; trois ans plus tard, ce jugement a régressé de 10 points chez les socialistes et progressé de 9 points au Front de gauche.”

Et si le clivage droite-gauche persiste en matière de politique économique, on constate aussi des évolutions très significatives au sein de la gauche. Ainsi: “70 % au FN et 79 % chez les Républicains estiment que, «pour relancer la croissance, il faut limiter au maximum le rôle de l’Etat dans l’économie et donner aux entreprises le plus de liberté possible». Cette opinion n’est partagée que par 11 % au Front de gauche, mais par 46 % des socialistes, en hausse de 23 points en deux ans.”

Enfin, ce clivage reste très net sur les questions relatives à l’immigration et à l’islam. “Pour 46 % à gauche, l’immigration est une nécessité pour l’économie française car elle a besoin de main-d’œuvre ; ils ne sont que 25 % chez les Républicains et 5 % au FN à le penser.” De même: “63 % de la gauche estiment qu’il n’y a pas «trop d’immigrés en France», contre 24 % chez les Républicains et 1 % au FN.” Et: “un tiers des sympathisants de gauche assurent “qu’aujourd’hui, on ne se sent plus chez soi comme avant”, contre 73 % des Républicains et 98 % au FN.”


(1) L’intégralité de l’enquête ici: fractures_francaises_2016

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio