Contre-Regards

par Michel SANTO

La transparence n’est pas une “vertu” en démocratie !


Ce matin sur France Culture, chez Marc Voinchet, la chronique de Caroline Eliacheff était consacrée à la défense du secret en démocratie. Mieux, et à juste titre, à la critique des tenants de la transparence dont l’idéal politique inconscient ne serait que la … “dictature”. Une dictature de forme orwelienne ! Pour ce faire elle prend appui sur le livre de Daniel Soulez Larivière “La transparence et la vertu”. Un livre écrit après qu’E.Pleynel eut lancé sa pétition “Nous avons le droit de savoir !” en 2013. Une sorte de manifeste universel contre le secret. La référence philosophique de tous les lanceurs d’alerte, violeurs du secret de l’instruction et autres “délateurs”. Le plus drôle est que ce même matin, dans cette même émission, juste avant Caroline, Pleynel tenait chronique aussi – je ne dirais rien de son contenu ! On ne me fera pas croire que ce fut pur hasard. Ces deux là ont du ensuite avoir … une sérieuse explication. Pour ceux qui ont quelques minutes à consacrer à la réflexion sur les rapports entre “secret, transparence et démocratie”, je recommande aussi ce texte de Jean-Denis Bredin publié dans la revue Pouvoirs en 2001. J’en donne ici les deux premiers paragraphes :

SECRET, TRANSPARENCE, DÉMOCRATIE… peut-on observer, en préambule, la difficulté qu’il peut y avoir à être assuré du sens des mots qui se retrouvent dans la réflexion ici proposée ? Le secret, nous disent les dictionnaires, est fait « de connaissances, d’informations, que le déten- teur ne doit pas révéler ». Mais ses synonymes trahissent sa complexité, et même sa diversité. On peut y voir l’expression du silence, de l’intimité, de la discrétion, un mot très rassurant, ou tout au contraire un mot inquiétant, désignant ce qui est opaque, clandestin, ténébreux. Ne serait-ce pas un mot très équivoque, désignant en réalité de nombreux secrets qui n’ont rien en commun ?

N’en est-il pas de même de la fameuse « transparence » ? Elle est, nous dit le Robert, « la qualité de ce qui laisse paraître la réalité tout entière ». Elle semble se confondre avec la vérité, la clarté, la limpidité, la pureté même. « La transparence est la vertu des belles âmes », assurait Jean-Jacques Rousseau qui voulait rendre son « âme transparente ». Voici la transparence, habillée du rassurant manteau de la vertu, ou peut-être d’un voile très léger qui pourrait nous permettre de la contempler nue. Ainsi vue, elle semble le contraire de l’artifice, du secret, du mystère, de toutes les formes de la dissimulation. Mais ne peut-on la regarder autrement ? Ne serait-elle pas aussi impudeur, indiscrétion, irrespect des autres ? Le secret et la transparence, s’il faut les confondre, seraient-ils résolument contraires, opposés comme le soleil et l’ombre, le jour et la nuit, et pourquoi pas la vie et la mort ? Ou ne pourrait-on partir à la recherche de leurs complicités, et pourquoi pas de leurs ressemblances ? “

La suite dans le fichier joint :

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (5)

  • Avatar

    argos

    |

    Tout EST dans le degré de transparence consenti ,plus que partout ailleurs la raison doit être plus maitre que la curiosité malsaine ou qui n’apporte rien au devoir d’information!

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Le problème est que le devoir d’information, notamment de la presse, se nourrit et nourrit en retour une suspicion généralisée envers l’ensemble de nos institutions. Avec comme conséquence une montée inquiétante des populismes… Paradoxalement , pour me limiter à ce seul exemple, la critique bien à la mode des partis alimente la progression de celui qui tous les jours en conteste leur légitimité …

    Reply

  • Avatar

    anonyme

    |

    Caroline Eliacheff, fille de Françoise Giroud, pédo-psy reconvertie ds les chroniques mazette!!!

    Reply

  • Avatar

    anonyme

    |

    cela dit nos politiques sont à l’heure actuelle bien trop transparents dans le sens pas assez consistants ,sans vision à court et long terme de ce qu’est actuellement le sens de la marche du monde!

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Je suis bien d’accord avec vous, tant le court terme prend le dessus sur le projet et sa mise en "récit "…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :