Le Cabinet d’Art Particulier et « Les Grands Buffets Mécénat » exposent Patrick Chappert-Gaujal…

 

Louis Privat, Marie-Charlotte Simon , Patrick Chappert-Gaujal. Crédit photo ©Laurie Biral

     

Louis Privat, le patron des « Grands Buffets » n’est jamais à court d’idées – il ne fait jamais rien comme personne ! Surtout quand il s’agit de promouvoir l’art contemporain et les artistes qu’il affectionne.  Et qu’il fait, à sa manière, dans des lieux ou des conditions originales, comme autant de « performances ». En 2008, déjà, il demandait à Patrick Chappert-Gaujal, de travailler le métal et d’investir les cuisines de son restaurant de l’Espace de Liberté pour y faire entrer de la lumière et de la beauté. Un « geste » artistiquement, techniquement et professionnellement osé. Et parfaitement réussi ! D’autres artistes suivirent et non des moindres, comme le sétois Di Rosa et ses bronzes, autour de ses fontaines… De sorte que son restaurant est devenu aussi, au fil du temps et des ses « coups de coeur », une « galerie » d’un type particulier, sans finalité marchande, dont l’objet est  de redonner à l’art sa fonction ornementale ; de le mettre au contact des publics les plus divers.

Cette philosophie, il la développe à présent avec « Les Grands Buffets Mécénat »  en plein coeur de ville, au 25 cours de la République où il vient d’ouvrir d’ouvrir son « Cabinet d’Art Particulier » [1] – sa présentation avait lieu ce matin… Au rez-de-chaussée de cet immeuble, qui jadis était occupé par le Midi Libre et une Banque – pas de pub ! –, Louis Privat met ainsi à disposition d’artistes choisies, gratuitement, de belles et grandes surfaces. Une seule condition est, par lui,  exigée : la présence, les jours d’ouverture, du locataire du lieu – ou de son agent. Comme son nom de « cabinet particulier » le suggère, son souhait est qu’une relation d’intimité et de dialogue fécond s’établisse entre l’artiste et le public intéressé. L’idéal serait même, à le suivre, que cette relation personnalisée prenne la forme d’un « rendez-vous », d’une réservation en quelque – de temps, d’esprit et de partage.

Et c’est naturellement avec celui qu’il accompagne depuis ses débuts, devenu, depuis, un artiste de renommée internationale, Patrick Chappert-Gaujal [2], qu’il inaugure ce nouvel espace, cette galerie éphémère. On y trouvera des petits et moyens « formats » » qui complètent à merveille sa grande expo de « l’Aspirateur » et ses sculptures et installations de la place de l’Hôtel de ville, du cours de la République… au cloître de la cathédrale Saint-Just Saint-Pasteur, aussi. [3]

Qu’attendez vous donc pour prendre rendez-vous ?    
 

[1] Cabinet d’Art Particulier : mardi, mercredi, vendredi, samedi de 16h à 20h. Le jeudi de 11à 19h Et sur rendez-vous au 06 50 22 01 92

[3] Une exposition préparée par Marie-Charlotte Simon fondatrice d’Art Conseil Invest – jusqu’au 15 septembre 2018…

[2] Sur l’artiste, son oeuvre, ses expositions, voir les billets que je lui ai consacré dans ce blog :  2 3 4 5

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    2 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :