Les leçons à tirer de la « Convention Citoyenne pour le Climat »…

         

Donc, les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat, – qui, tirés au sort parmi des volontaires pour la plupart écologistes ou sympathisants, représentant un échantillon représentatif de la population française, – ont rendu leur verdict dimanche, dix sept mois après le début de leur mission, en attribuant un très médiocre 3,3 sur 10 au gouvernement s’agissant de la prise en compte, par lui, de leurs 149 propositions. Depuis, l’on voit les médias donner la parole au plus militants d’entre eux. Ils y dénoncent sur tous les tons une politique gouvernementale « climaticide ». Ce qui était prévisible, inévitable, tant les contraintes sociales, politiques et de temps rendaient impossibles la traduction législatives ou règlementaires des mesures les plus radicales parmi celles souhaitées par ladite convention. Est-ce à dire pour autant que cet exercice de « participation citoyenne » aura été inutile, je ne le pense pas. Paradoxalement, indépendamment de la qualité de ses travaux, son mérite, au terme de son mandat, est de mettre en pleine lumière, sur ces questions, comme sur d’autres, le caractère divergent, dans une société démocratique, entre le souhaitable, le possible et le nécessaire. De ce point de vue, ce qui toujours trouble ma raison est d’entendre à « longueur d’antenne », plaintes et peurs ; condamnation sans nuance et sans appel de nos gouvernants ; comme si l’avenir de notre planète et de son climat ne dépendaient que de ses décisions et de leurs acceptations par les seuls habitant de ce pays. Un pays dont on oublie de rappeler qu’il ne pèse que pour 1% dans les rejets de gaz à effet de serre. De sorte que si la France disparaissait par submersion ou évaporation (expérience de pensée) de la surface du globe, cela n’aurait aucun impact significatif sur le climat.(Les principaux pollueurs étant la Chine, les USA, L’Inde, la Russie, le Brésil) Le réalisme dans la gestion publique de cette transition écologique que personne ne remet en cause pourtant, implique donc, à mon sens, d’en finir avec des comportements, des propositions et de perpétuelles condamnations qui, en réalité, n’ont  d’autres fonctions que de servir d’exutoire à des peurs et angoisses franco-française et conséquemment de nuire à l’efficacité de l’action publique – en feignant d’ignorer que les actions pour sortir de ce climat anxiogène dépendent d’accords internationaux au sein duquel le pouvoir de notre pays passe par celui encore, hélas ! , faible de l’Europe.

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (5)

  • Avatar

    KRISDEN

    |

    La mode des « Conventions Citoyennes » me fait bondir. Nous sommes dans un Pays qui va bientôt frôler les 70 millions d’habitants. « Les Conventions Citoyennes » donnent une « impression » de consultations démocratiques et permettent aux gouvernants de ne prendre aucun risque. Si l’on voulait véritablement saisir la pensée du peuple, il faudrait oser les élections à la proportionnelle. Peut-être alors émergerait-il des propositions de loi plus en phase avec la pensée des citoyens ?

    Reply

  • Avatar

    Lahloumi

    |

    Il y beaucoup a dire nous ne montrons pas le bon exemple.
    Et ceux qui font des efforts c est une goutte dans un océan .Les pays se réunissent a chaque fois mais il n y aucune sanction pour les pays pollueurs nos dirigeants prennent des photos avec les pollueurs ce qui les intéressent c est la course aux plus riche a celui qui va gagner le plus d argent .Et traiter avec la Chine les EU qui sont moindres procuration de la pollution et le climat . Nous devons boycotter leurs produits et ne plus avoir de contact tant qu ils ne prennent pas en compte notre planète . Que laisserons nous a nos descendants une plante morte et malheureusement c est ce qui arrivera si les Nations Unies ne sanctionnent
    personne. Il faut aussi que nous balyons devant notre porte.

    Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    « représentant un échantillon représentatif de la population française » J’en doute un peu, ou alors le hasard fait vraiment bien les choses. Les 150 tirés au sort, tous écolos purs et durs, devraient jouer à l’euromillion toutes les semaines. En plus on apprend par l’AFP que le plus jeune aura 18 ans dans quelques jours, donc désigné à 16 ans et demi. Pas responsable civilement mais compétent pour sauver la planète !! On apprend également qu’il était trop compliqué de faire voter les propositions une à une et donc un vote global. On apprend enfin, même principe « trop compliqué » et donc un seul vote sur le projet de loi. Dure, dure la démocratie participative. On va voir de quoi la convention vaccin va accoucher !!!!

    Reply

  • Avatar

    Albert CORMARY

    |

    « La Convention citoyenne pour le climat est constituée de 150 membres tirés au sort à partir des listes électorales et des listes d’abonnés téléphoniques (255 000 numéros téléphoniques appelés) à partir du 26 août 2019. » Dès lors, comment faites vous pour en tirer la conclusion qu’il ne s’agit que de militants écologistes chevronnés ?
    Représentatifs de la population française ? Dans les sondages d’opinion, on place le curseur à 10 fois plus donc, il y a un biais de ce coté là. Par contre, aux retours qu’on a pu avoir, ils ont bien écouté et appris des nombreux experts et pas tous écologistes, loin s’en faut ! Certains étaient d’authentiques techno-béats, genre Bill Gates qui s’imaginent que le génie humain va renverser la vapeur…
    La France serrait un des plus petits émetteurs de GES. Humen additionnant la production locale avec la production importée, par habitants, on n’est pas mal placés. Et puis, qu’est-ce cette attitude morale qui consiste à dire : c’est pas moi, c’est les autres ? Quand on a une poutre dans l’œil, on se dépêche de l’enlever sinon, on finit comme le cyclope !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      1) les GES importés valent aussi pour la Chine, les US, la Russie et tous les autres grands pays industrialisés, les prendre en compte pour tous ne change rien ou presque au fait que la France pèse peu au plan mondial… et que, par voie de conséquence, et même si elle doit faire des efforts pour limiter encore sa production de GES, la baisse du réchauffement climatique ne dépend pas d’elle…
      2)Comme je le suggère dans ce billet, la Convention n’a pas été inutile, à tout point de vue. Y compris en mobilisant des experts auprès des membres de la Convention… et suscitant ainsi travaux et réflexions de qualité …

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :