Contre-Regards

par Michel SANTO

Michel Serres et la politique en 2025 ?!

 

imgres-copie-9.jpeg


Le philosophe Michel Serres a été reçu mardi dernier par le Premier ministre pour parler de la France de 2025. 2025! Au siècle de Google, du mariage pour tous et des robots domestiques autant dire dans un autre espace temps. Je dois avouer que je n’ai pas très envie d’y penser.

A cette date, en effet, si Dieu, et/ou (?) la biologie, me prête encore vie, mon esprit , ou ce qu’il en restera, sera plutôt concentré sur un au delà qui toujours me fut une source d’inquiétude et de peur, d’insouciance et d’espérance. Le commerce physique et intellectuel avec cette éternelle faucheuse, n’est-il pas le seul, au fond, qui nous fasse vivre et créer? On peut donc comprendre que je n’ai pas très envie de penser à ce qui pourrait se passer après cette date et notre philosophe, et futurologue officiel de surcroît, n’est pas près de m’y inciter. Voici ce qu’il nous dit de l’avenir politique:  “Dès le moment où il y a autant d’émetteurs que de récepteurs, c’est-à-dire autant de décideurs, je n’en sais rien encore, est-ce qu’il ne faudrait pas, par hasard, repenser la représentation politique ?”… “Le rôle du politique est d’écouter les mutations de la société.”  Eclairant, non ? Une succession de truismes et, dans la pire des interprétations, le politique réduit à un gouvernement hebdomadaire par un collège de sondeurs eux mêmes chapitrés par un oligopole de marchands mondialisés… Curieuse façon de penser pour un philosophe de “gauche”. Un vrai cauchemar !

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Georges Chassot

    |

    C’est incompréhensible! C’est un langage indigeste! Où en est la communication avec ceux qui devraient donner leur avis? Qu’est-ce qui est éclairant… la gauche droite, l’avant l’après.
    Quelle perte d’énergie!

    Voyez comment ça marche en Suisse…qui ne se laisse pas guider par le bout du nez par quiconque!

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Le langage politique est déjà assez incompréhensible, en effet. Alors quand un Michel Serres s’y met, bonjour les dégats…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :