Contre-Regards

par Michel SANTO

Racisme et islamophobie par Valérie Toranian – Revue des Deux Mondes.

Ceux qui s’inquiètent en France de l’amalgame entre l’islam et les attentats de janvier 2015 – alors que ce lien est réel puisque le réel a bien eu lieu et qu’il s’agit d’actes commis, certes par des fanatiques, mais en invoquant le nom d’Allah – devraient plutôt s’alarmer de l’amalgame entre islamophobie et racisme. Ce qui est inacceptable, c’est le racisme. Ce qui est inexcusable, c’est qu’au nom de la peur qui envahit chacun de nous face à la violence on stigmatise des Français qui sont noirs ou arabes. Majoritairement musulmans sans aucun doute, mais à des degrés divers, certains par tradition familiale et culturelle, d’autres par foi véritable. Tous différents. Ce qui est inacceptable, c’est la haine contre des communautés. Mais qu’on critique l’islam, qu’on rejette l’interprétation du Coran, qu’on débatte de l’essence d’une religion, qui peut mettre en doute ce droit dans une démocratie comme la France ? On peut être républicain et islamophobe même si cela fait bondir certains. On ne peut pas être républicain et raciste. On peut être républicain et judaïcophobe. On ne peut pas être républicain et antisémite.

Après les attentats de janvier, la question de l’éducation est devenue une urgence nationale. Il faut réaffirmer que l’école est le lieu de la neutralité, où, au nom de la laïcité, chaque enfant vient en déposant son bagage culturel, linguistique, politique et religieux au vestiaire. La meilleure façon de « considérer » l’enfant porteur d’une culture, quelle qu’elle soit, lorsqu’il entre à l’école, n’est pas de nier ou de mépriser cette culture mais de l’ignorer totalement. Et de sanctionner la résistance ou l’obstruction de l’élève aux enseignements et aux valeurs républicaines si tel est le cas. Le directeur de l’école primaire de Nice où un enfant de 8 ans a exprimé sa solidarité avec les terroristes doit être soutenu dans sa volonté de réagir. Passer vingt minutes au commissariat avec son père, aura peut-être eu la vertu pour cet enfant de lui poser une limite et d’affirmer l’autorité « morale et civique » de l’institution scolaire.

La loi de 2003 contre les signes religieux ostensibles à l’école, dont chacun sait qu’elle était destinée à protéger les filles d’une soumission à l’influence grandissante de l’islam politique, voulait déjà réaffirmer cette mission de neutralité de l’école : ce n’est pas ce qui nous différencie qui doit être visible mais ce que nous partageons en commun, dans la classe, où le professeur récompense des mérites. Et nous sommes tous soumis à la même règle.

Comme le rappelle Mona Ozouf dans son passionnant recueil De révolution en République, les chemins de la France, (1) le travail des instituteurs, hussards noirs de la République, ne s’est pas fait dans la douceur et la facilité. Il leur a fallu être ferme et habile. Faire triompher les valeurs de la République une et indivisible dans une France de la fin du XIXe siècle aux identités complexes, croisées, hétérogènes. La philosophe, qui ne cesse d’interroger ce rapport entre l’universel et l’identité dans l’histoire de France depuis la Révolution, se nourrit aussi de son expérience personnelle : « Trouvé à la maison, le respect des différences m’a convaincue que la vie ne se réduit pas à des normes abstraites et que l’indifférenciation la priverait de beauté, de charme et d’intérêt. […] Trouvée à l’école, l’incitation à abstraire et généraliser pour l’humanité entière me paraît toujours un projet plus noble que le repli sur la singularité. »

En 1881, année qui rend l’instruction obligatoire, la République était encore fragile, rappelle Mona Ozouf, et « comme le répétaient les préfaces des manuels d’instruction civiques, il fallait “l’asseoir” ».

Asseoir la République, et rester debout sur nos valeurs : la mission de nos enseignants en 2015 n’a pas changé.

1. Mona Ozouf, De révolution en République, les chemins de la France, Gallimard, 2015.

Via Racisme et islamophobie par Valérie Toranian – Valérie TORANIAN. Revue des Deux Mondes

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

  Narbonne. Hôtel de ville.  Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Ro[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio