Contre-Regards

par Michel SANTO

Saveurs des terroirs : la semaine Bavaroise s’invite aux halles de Narbonne…

     

Mercredi matin, les murs et les piliers des Halles ont soudainement tremblés : une fanfare bavaroise y faisait son entrée, plein cuivres et au pas cadencé. Martiale et le souffle puissant, d’un coup, des odeurs de bière et de choucroute imaginaires ont envahi l’espace de ce temple marchand où se vendent habituellement des salades, notamment, se vident des verres, beaucoup ; et où naissent, souvent, de perfides rumeurs ovaliennes et politiques. On se serait cru en effet dans une fête de la bière d’un quelconque village du sud ouest de l’Allemagne. D’autant qu’une petite troupe en habits traditionnels, compacte, lourdement vêtue et bizarrement chapeautée, suivait. Elle même suivie d’une forte délégation d’élus narbonnais en habits de ville, formant la queue, si je puis dire, de cette anachronique parade teutonne. J’étais devant la Bodega de Laurent Chamayou, le nez devant de splendides jambons ibériques quand cette tempête sonore, en changeant brutalement l”atmosphère du lieu, m’a, tout aussi cruellement, couper l”envie d’en manger en chiffonnade. De sorte que je me précipitai à l’endroit où s’étaient rassemblés ces ambassadeurs de la semaine bavaroise narbonnaise, précisément là, dans ce coeur des Halles que la génération de mon grand père occupait tous les dimanches matin, pour leur dire mon désarroi et le regret surtout qu’elle ne fut pas espagnole. Leur langue résonnait fort, alors, à l’image de leurs caractères. Comment se peut-il que cette ville où tant de familles portent des noms de ce Sud profond de l’Espagne n’ai  pas, ou plus, le désir de l’entendre chanter, ne serait ce qu’une semaine, l’été… J’avais tenté de nouer cette relation culturelle et affective avec la petite ville de Cox *, sous le mandat et avec l’aide de Michel Moynier. Mais battu aux élections suivantes, cet espoir fut malheureusement brisé net par son successeur : les nouveaux installés préférant d’abord s’en aller visiter, en grande délégation, Tolède. Depuis, la semaine bavaroise appartient au patrimoine culturel Narbonnais. C’est dire !…

 

*Les patronymes espagnols de Narbonne et des villages environnants viennent pour beaucoup de Cox, de la région d’Alicante, et de Fuente Alamo, de la région de Murcia.

 

   

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Couriaut

    |

    …et bientôt un défilé brésilien animé par une troupe allemande (véridique) au nouveau palais multimodal, comme j’ai pu le voir dans la ville de Nogent sur Marne il y a 30 ans! Je partage bien entendu votre commentaire.

    Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    C’était le côté agréable du partenariat avec la Bavière 😊

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Dans le « jus », c’est mieux, en effet !
      😄😏

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :