Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Comté de Narbonne’

Chronique du Comté de Narbonne.

  narbonne4

Samedi 14 avril de l’an 2012.

Merci, mon oncle, pour ton habituelle lettre arrivée par diligence ce 9 avril matin. Comme chaque année, trois points au centre de la page ; et ces mots : « Bonne chance ! ». Comme chaque année aussi, à la même date, j’attends le retour des hirondelles. Elles sont arrivées le 11, virevoltant dans une lumière de fin d’après midi.Dans quelques jours, suivront les martinets noirs en compactes et bruyantes escadrilles.En attendant, mon oncle, de lourds et tonnants coups d’escopettes animent la vie du Comté. Il ne t’a pas échappé que nous sommes en pleine bataille pour la succession de sa majesté Nicolas, dans un royaume en faillite que le peuple feint d’ignorer. Demain sera donc une épreuve, que ne connaîtront pas nos élites, à l’abri de leurs titres, dans leurs châteaux, entourés de leurs cours…Une constante de l’histoire, n’est ce pas, mon oncle ? Enfin ! laissons les innocents à leurs niaiseries intéressées.C’est donc madame Richita Gati, l’ancienne Garde des Sceaux de notre Roi Nicolas, qui est venue porter la bonne parole dans le Comté. Tout, chez elle, semble couvrir son passé : son arrogance et ses goûts de luxe ostentatoirement affichés, notamment. De sang oriental, elle en a le port de tête, la noire et brillante chevelure, les yeux sombres et profonds où brille, étrangement, une vive et froide lumière, signe d’une inflexible ambition. Petite, serrée dans des habits simples mais coûteux, de hauts et pittoresques souliers à talons rouges, mobiles emblèmes d’un tempérament de feu, la portent. Ce qu’elle fit : feu !, tout sourire, et denture affichée, sur le favori du Comte de Labatout, le prétendant au trône François de Gouda ; en n’oubliant pas de rappeler que le Comté, à l’époque où le duc de Lemonyais en administrait les affaires, avait bénéficié de ses douceurs et lui était redevable d’un moderne et fort beau tribunal. Eberlué, et les plumes en bataille, comme un Grand-Duc réveillé en plein jour, le comte de Labatout, avec le mol aplomb qui le caractérise, lui a répondu illico dans les gazettes locales : que nenni, que nenni ! C’est à la dame Zabet de Guichou, du parti de la rose, et à lui seul, tenait-il à préciser, comme à son habitude : modestement, que les Narbonnais devait ce magnifique palais de justice. Non mais !Je ne vais pas entrer dans les détails de cette polémique, aussi stupide qu’inutile, mon oncle, mais si je te rapporte cette anecdote, c’est qu’elle me paraît symptomatique du fonctionnement cérébral du Comte. Pour notre homme, en effet, tout le patrimoine du  Comté accumulé au fil des siècles , bâti ou pas depuis le début de l’histoire humaine, est à mettre à son actif ; les éventuels impairs, fautes ou sottises résultant de sa propre gestion des affaires publiques, au débit de ces opposants.Une conception bien singulière de l’histoire, n’est ce pas ? Pour un peu, si le ridicule ne tuait pas, le nombre de nos prestigieuses propriétés historiques le justifierait à revêtir chaque matin les habits d’un consul ou ceux d’un archevêque. Un de ses conseillers, de mes connaissances, dont je tairai le nom, y voit là, pour des raisons qui échappent encore à mon entendement, l’influence néfaste de Patrick de la Natte. Il faut donc nous attendre, mon oncle, dans le futur et à l’occasion d’un brusque accès de fièvre nostalgique, à l’inauguration des égouts romains, qui passent sous la rue Droite, et à la  consécration de la cathédrale Saint Just, qui jouxte le palais comtal. En ces temps là, il est vrai mon oncle, Narbonne était grande! Comme tu le vois, en pensant à ceci qui me vient sous la plume: « La modestie est au mérite ce que les ombres sont aux figures dans un tableau : elle lui donne de la force et du relief », ton ami La Bruyère n’est guère lu dans nos châteaux. Point d’ombres ici, mon oncle! Mais d’aveuglantes lumières…Six heures viennent de sonner au clocher de Saint Paul : l’heure où les hirondelles prennent le vent et le ciel ; la porte-fenêtre de ma terrasse est ouverte : deux, trois viennent d’en traverser le champ ; une autre histoire commence; à ne savoir qu’en dire. Il est temps que je te quitte, mon oncle, pour te retrouver tantôt. Je t’embrasse !

 

 

Chronique du Comté de Narbonne.

  narbonne4

Jeudi 29 mars

Ah ! mon oncle, que la semaine passée fut dure et triste au cœur de tout ce que notre beau royaume de France connaît d’esprits paisibles, ouverts et respectueux des plus nobles traditions de respect et de dignité de la personne humaine. Quel drame inouï que cette tuerie perpétrée de sang froid par ce mahométan fanatisé, finalement abattu par une escouade de mousquetaires dépêchée par sa majesté Nicolas ! Les proies de ce sinistre « fou d’Allah » s’appelaient Mohammed Legouad, Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Gabriel Sandler, Arie Sandler, Jonathan Sandler et Myriam Monsonego. Deux jours, deux jours durant, la France est restée dans un état de sidération devant cet acte d’une sauvagerie sans nom, aussi lâche qu’ignoble. Et toujours cette même question face à l’absurde, face au mal, mon oncle ; toujours cette même question qui faisait nos disputes à l’annonce d’un meurtre atroce commis dans une de nos provinces : était ce un monstre ? Comme si la conscience se refusait à admettre cette part maudite qui git en tout homme en renvoyant cette sorte d’agissements hors de l’humanité ; ou de les expliquer par de seules et simplistes considérations tenant à sa famille, son état, son éducation ou sa personnalité. Ce serait si confortable, en effet, que d’en appeler à la seule raison du médecin ou du philosophe afin d’en exclure toute responsabilité de la part de son auteur. Non, mon oncle, cet individu a décidé en conscience d’être Mohammed Merah ; cet homme à choisi d’être un tueur : la honte de ceux qu’il prétendait défendre et représenter. C’est aux consciences musulmanes,  celles qui se refusent et refusent encore à quiconque le droit de discuter ce qui serait un sacré intouchable, qu’il appartient désormais de s’interroger. Ce disant, mon oncle, et quoique que l’on puisse exciper des dangers de cette intime conviction, convenons ensemble, à tout le moins, que : « La charité ne doit point dégénérer dans une tolérance aveugle et pusillanime. »

Mais déjà les gazettes nous expliquent qu’il eût fallu passer par les fenêtres plutôt que par la porte, et les « opposants » au Roi qu’il eût fallu faire autrement. Le comte de Labatout, lui, en compagnie de son lieutenant de police, le sieur Plaoui, a joui de ces mêmes circonstances dramatiques pour exposer fort opportunément  aux échotiers du Comté, le jour où était lancé l’assaut contre le domicile du tueur de Toulouse, qu’il entendait répondre au sentiment d’insécurité de ses sujets. Ainsi seront augmentés les effectifs des auxiliaires de police, qui, de plus, seront dorénavant armés, et multipliées les lunettes de surveillances dans toute la cité comtale. Quand je pense, mon oncle, que Labatout, alors prétendant au fauteuil du duc Lamonyais, suspectait ce dernier de vouloir contrôler et mettre en fiches toute la contrée ; de transformer le Comté en un immense camp de surveillance ! Que dire aussi du silence des ligues et sociétés savantes (si peu !), habituellement attentives aux moindres faits et gestes qui attenteraient aux libertés publiques. Ton ami, le président des « archets de la libre pensée », aurait-il donc perdu la voix ? Et notre bon docteur de la « société universelle des colombophiles avisés », serait-il souffrant ? J’ignore ce qui, dans cette conjoncture, du sens de l’à-propos, du télescopage des agendas ou de la manipulation des consciences doit être mis au crédit, si je puis dire, du Comte ; mais ce que je crois, mon oncle, c’est que la décence exigeait que ces affaires de petite police comtale soient exposées en d’autres moments et que nos gazetiers en dénonçassent sinon l’opportunité du moins son caractère outrageusement populiste. Quant à savoir ce qu’en pense Monsieur Patrick de la Natte du haut de sa tourelle de scribe en chef du Comte de Labatout ? Dieu seul sait de quels conflits sa conscience est le siège…

Bonne nuit, mon oncle, qui demain me lirait au petit jour.    

 

 

Chronique du comté de Narbonne.

Ah ! mon oncle, cet hiver froid et venté n’en finit plus d’aiguiser nos nerfs. Il est temps que viennent enfin nos douces et enivrantes nuits d’été ; que chantent les grillons dans nos jardins ; qu’y froufroutent toutes jupes dehors les élégantes ; qu’y bruissent médisances et potins ; qu’y jaillissent vins rares, rires et mets ; et qu’y pétillent jeux de mots et d’esprit. C’est sous un beau ciel étoilé d’une de ces joyeuses soirées que j’aurais eu grand plaisir à te narrer la guerre des « roses » lancée par le Prince (dit le petit) de Gruissan, mais ton impatiente curiosité, disons, philosophique m’oblige à t’adresser cette courte missive rédigée à la bougie, dans le froid et l’humidité de ma bibliothèque… Tu te souviens, peut-être, du sieur Etric de Pandrieu, qui s’illustrât naguère en portant le fer contre feu le Roi de Septimanie, Gorge Raîche, son maître, pour finir nu, battu, sans offices et sans armée dans ses terres arides et sans âmes de Mouthoumet ? Tristes et sombres terres, à l’image de ce grand destin brisé auquel semblaient le destiner les oracles de mystérieux sorciers qui y vivent à l’écart du monde; des « Parfaits », dit-on ! Eh bien, cet Etric, qui dispose encore des mousquetaires du parti floral en terres audoises, vient de lancer une première offensive contre le Petit Prince de Gruissan, le sieur Bodorniou. Sans bruits de cornes, de cymbales et de tambours, toutefois , pour la mettre en musique et rassembler ses troupes; un petit concerti de flûtes et de pipeaux donné aux gazetiers de la paroisse lui a semblé suffisant. « Déloyal et incompétent ! » chante-t-il de sa voix aigrelette, qu’il « tire » vers des notes plus graves en se haussant sur la pointe des pieds. Déloyal, certes, certes, mais comme le furent tous les petits et grand seigneurs des Etats du Languedoc contre  la Grande Duchesse Bobrie de Lille, la froide et acariâtre générale en chef du parti de la « rose »! Mais laissons cette « fleur » de la rhétorique courtisane à la crédulité des chastes « claques » partisanes : « Qui est souvent à la cour du roi, finit toujours par trahir ses amis. », n’est ce pas, mon oncle ? Et puis, je te le demande, toi qui fréquente cette prétentieuse aristocratie à la cour du Roi de France, de quelles compétences sont donc faits leurs bagages ? Ne sont ce pas de ces hommes bornés, que le hasard a mis à la tête des autres, et qui ne consultent que leurs préjugés et leurs fantaisies ? Et notre Jacques de Labatout, en détiendrait-il quelques unes que nous ignorerions? J’ai beau tourner la tête à tous les vents, je ne vois et ne rencontre d’habitants de Cité ou de Bourg, vilain ou bourgeois, manant ou maçon, qui ne se plaignent de son impuissance à gérer les affaires du Comté, qu’il veut toujours plus grand, ne cesse-t-il de dire ! Même dans les tavernes, où s’échauffent le bon peuple et quelques uns de ses amis, aux premiers rangs desquels son Conseiller aux affaires économiques, le sieur Triston Lemy, la vague y grossit de sa dernière mésaventure provoquée par la moitié, ou presque, de son conseil, qui a pris le parti du sieur Bodorniou contre sa propre favorite, la Marquise de Fabre. Je ne suis pas sur cependant que tu connaisses cette dame tant sa discrétion n’a d’égale qu’une vêture sans panache et clinquantes afféteries. L’interminable fréquentation des bureaux des Sieurs Bourteau et Labatout, lui a donné cette pâleur de teint et d’allure, que les dames de la Cour et leurs favorites moquent en minaudant sous leurs éventails de satin. Naïve et toute aussi distraite, la Marquise arpente déjà des campagnes clairsemées pour annoncer à ses électeurs hébétés qu’ils méritent un parlementaire à temps plein ; comme elle ! Un coup de pied de l’âne, si je puis dire, botté, pointu et innocent (l’innocence n’a pas de sexe, mon oncle !) dans le derrière fessu du Comte de Labatout…C’est donc cette Madame de Fabre, et tout ce que compte de seigneurs, petits et grands, le Grand Comté de Narbonne conduit par le sieur Labatout, que le Prince de Gruissan, qui en était mais n’en est plus, du parti de la “rose”, va devoir sabrer sans aucune pitié. Dans cette campagne, il y aura des pièges pour hommes, comme on en met aux loups… Ah ! mon oncle, que d’intérêts et d’ambitions que cette rose, à elle seule, ne peut plus masquer ; que de pétales tavelés ! En ce temps de Carême, que ce si bel emblème du cœur du Christ, ce symbole des plus hautes vertus de l’amour puisse ainsi fleurir drapeaux, casques et tambours me remplit de désespoir. « Les vertus se perdent dans l’intérêt, comme les fleuves se perdent dans la mer. », mon oncle, me disais tu, certains soirs d’étude ; t’en souviens-tu ? Oui, la vie est un théâtre d’ombres ! Comme celles qui envahissent ma pièce d’écriture laissant à la seule flamme vacillante de ma bougie la force d’en pénétrer les secrets. Le temps des rêves est venu : celui des pensées qui vont à sauts et à gambades. Libres et fantasques, folles comme le vent…

Bonne nuit mon oncle, qui me lirait sans doute un beau et clair matin…

PS : Je n’ai toujours pas vu, dans les rues de Narbonne, le crâne dégarni et la petite queue de cheval de l’ex gazetier en chef de « Tirelire » depuis la prise de ses nouvelles fonctions. De la Natte porterait-il désormais un chapeau à plumes ?

 

Articles récents