Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Le Monde’

Coup de gueule après ce titrage viral qui fait le buzz: ignoble et irresponsable…

images-1

« Schäuble: la France doit être réformée de force »! Le titre de l’ensemble de la presse, aujourd’hui, du Figaro au Parisien, en passant par Marianne et le Monde… Germanophobe, si on est poli, puant, si on se lâche. Il n’est pas besoin de gloser pour en tirer toute sa moelle sémantique faite de clichés et d’allusions historiques particulièrement nauséabonds. Confronté à une situation dramatique pour la Grèce, qui l’est aussi pour tous les autres États de l’Union, en pleine séquence politique où se joue l’avenir de l’Europe, voilà que des apprentis sorciers médiatiques nous balancent en pleine « poire » ces titres irresponsables. Mais qu’en est-il réellement des propos de monsieur Schäuble, qui justifieraient ce titre et les réactions de certains dans notre classe politique? Je le cite: « Si vous en parlez avec mes amis français, que ce soit (le ministre des Finances) Michel Sapin ou (de l’Economie) Emmanuel Macron, ils ont de longues histoires à raconter sur la difficulté à convaincre l’opinion publique et le Parlement de la nécessité de réformes du marché du travail » et encore ceci: « La France serait contente que quelqu’un force le Parlement, mais c’est difficile, c’est la démocratie ». Autrement dit : la France est incapable de se doter d’un exécutif solide et d’une majorité, qui le serait tout autant, capable de faire des réformes de structures indispensables à son économie et conséquemment favorables à un retour de la croissance et de l’emploi. Et alors! Où est l’erreur, qui peut contester ce diagnostic? Ce matin, plus qu’hier, j’ai un peu honte de ces hypocrites ignominies journalistiques et politiques. Messieurs, soyez donc à la hauteur de ce qu’exige votre profession: former l’opinion. Non la flatter ainsi, bassement!

Comment échapper au conformisme intellectuel de notre époque?

imgres


Je viens de lire la critique de Philippe Dagen dans la Matinale du Monde de ce jour. Il nous présente l’œuvre de Mona Hatoum, dont certaines de ses « productions » sont exposées en ce moment même à Beaubourg. Obscur comme il convient quand rien ne peut être dit que de vagues clichés formant le capital intellectuel des amateurs de « performances » ; et inutile, notre critique, spécialiste de l’art contemporain et chroniqueur attitré du Monde, reproduisant dans ses « livraisons » toujours le même texte.  Mais commode ! Il suffit en effet à qui veut parcourir toutes les FIAC du monde et en rapporter ses impressions pour les offrir à ses amis et voisins de bureaux. Un minimum de mots, trois références au surréalisme et à la « vision » forcément révolutionnaire des « créateurs » exposés, et le tour est joué. Voici un échantillon de sa prose lue ce matin:

Kerviel ! Un piège à com , suite !

Kerviel ! Un piège à com , suite !

Cet article salutaire de Pascale Robert-Diard du Monde :

Se souvient-on encore de l’affaire Kerviel ? De l’histoire de ce trader emporté dans une spirale folle qui l’amène à prendre sur le marché près de 50 milliards d’engagements sans contrepartie en janvier 2008 ? Qui établit plus de 900 opérations fictives, fabrique des mails à en-tête falsifiés de la Deutsche Bank ou de JP Morgan et invente de toutes pièces un donneur d’ordre quand les premières alertes se déclenchent sur ses opérations ?

C’est cet homme-là qui, au terme d’une instruction de neuf mois menée par l’un des juges les plus expérimentés du pôle financier, Renaud Van Ruymbeke, a été renvoyé devant le tribunal pour abus de confiance, faux et usage de faux et introduction de données informatiques frauduleuses. Qui, après quatre semaines de procès où il a pu exposer ses arguments dans un débat public et contradictoire, avec pour sa défense le cabinet de droit pénal des affaires le plus puissant de la place de Paris, celui de feu Olivier Metzner, a été déclaré coupable et condamné à trois ans de prison. Qui a fait appel du jugement, a changé d’avocat, s’est à nouveau expliqué publiquement et contradictoirement, et a vu sa condamnation confirmée par la cour d’appel de Paris. C’était il y a presque deux ans jour pour jour, en juin 2012. SUPERPRODUCTION LIVRÉE CLÉS EN MAIN Mais s’aventurer à rappeler les raisons pour lesquelles un tribunal puis une cour l’ont condamné, c’est être aussitôt rangé du côté de ceux qui, bien qu’ayant plongé pendant des mois et des semaines dans la complexité du dossier, ne se sont pas rendu compte qu’ils étaient dupés, manipulés, instrumentalisés par la Société générale. Et que pèse tout cela face à l’image d’un Jérôme Kerviel bronzé et barbu, marchant sac au dos sur les routes, en apôtre autoproclamé de la lutte contre la dérive des marchés financiers ? Comment les trois cents pages de motivation austères, complexes, rendues par le tribunal puis par la cour d’appel pourraient-elles rivaliser avec cette superproduction hollywoodienne livrée clés en main aux chaînes d’information dans laquelle un ex-méchant trader, parvenu à échapper aux griffes d’une superpuissance banquière, vient chercher sa rédemption à Rome avant de se livrer, tel saint Sébastien, aux flèches d’un pouvoir politique et judiciaire totalement soumis aux exigences occultes de l’argent ? LE VATICAN MANIPULÉ On ne peut pas lutter contre un tel Goliath médiatique. Et Jérôme Kerviel l’a compris très vite. Depuis le début de l’affaire qui porte son nom, il sait que, plus on s’approche du fond du dossier, plus on prend la peine de comprendre, plus sa défense est périlleuse. Il lui faut donc se défendre là où il ne peut pasêtre contredit. Dans ce domaine, il se révèle tout aussi habile que lorsqu’il masquait ses opérations comptables. La photo d’une poignée de main lors d’une audience générale qui accueillait quarante mille personnes un mercredi au Vatican et où Jérôme Kerviel est parvenu à se glisser au premier rang et à faire immortaliser la scène devient, via son comité de soutien très actif sur le Web, une « rencontre » avec le papeFrançois. L’information est aussitôt relayée sans être vérifiée et fait les gros titres. Le correctif apporté par les services du Vatican, dépassés par l’ampleur de la manipulation, arrivera – il sera notamment apporté dans les colonnes du quotidien catholique La Croix mais trop tard, le coup de génie est parti. Voilà Jérôme Kerviel, hier héros de la gauche de la gauche, qui murmure désormais aux oreilles des catholiques, touchés par ce récit de rédemption et de repentance. Qu’une telle conversion ne se fasse pas dans l’intimité d’une conscience mais s’expose en direct aux caméras de télévision ne semble guère susciter la méfiance. On suit le calvaire pédestre de l’ex-trader jusqu’à la frontière où, annonce-t-il, il va se présenter pour purger sa peine en parfait repenti. « PARFAITE CONNAISSANCE DES ROUAGES » Mais, une fois cette belle histoire installée, le voilà qui s’attarde, écrit au président de la République, lui demandant de le rencontrer « au plus tôt afin de lui exposer l’ensemble des dysfonctionnements graves » qui ont marqué son parcours judiciaire, et attend sa réponse. La réponse vient, polie mais ferme. Il attend encore. Demande « l’immunité »pour des « témoins » menacés qui voudraient parler en sa faveur. Après s’être prévalu de la bénédiction du pape, Jérôme Kerviel tenterait-il deglisser ses pas dans ceux d’Edward Snowden, l’ancien employé de la CIA et de la NSA, qui a révélé les détails des programmes de surveillance de masse aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne ? Le trader qui, comme le relevait l’avocat général Dominique Gaillardot devant la cour d’appel, « tapait d’une main des explications fausses, fabriquait des faux mails en réponse aux questions qui lui étaient posées, et continuait de l’autre à prendre des positions à risque » grâce à « une parfaite connaissance des rouages, qui lui permet d’adapter son discours en permanence », est-il si différent de celui qui, aujourd’hui, joue si bien du clavier médiatique ?
Kerviel ! Un piège à com , suite !
Après cette pantalonnade médiatique, provisoirement close par l’incarcération de Kerviel , ce texte aussi , en lien , de la « Plume d’Aliocha « , qui démonte les pseudos arguments de tous ceux qui le présente encore comme une victime :

Articles récents

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

        Vu d'Aude, encore traumatisée par les catastrophiques évènements subis au début de cette semaine – une Aude, en certains de ses endroits, dévastée, où des famille[Lire la suite]
Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

      Narbonne, le 16 octobre à 13 heures Depuis hier soir, ne me quitte plus ce sentiment du dérisoire et de l'insignifiance  de la "vie" politique telle que la rapportent [Lire la suite]
La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande poursuit sa "tournée des popotes" dans les supermarchés et les grands magasins culturels. Parfois des librairies. Il y vend et signe ses "mémoires" quinquennales : "les leçons du po[Lire la suite]
Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

        Samedi dernier, nous recevions, Jean-Claude et moi, à Radio Barques, madame  Marion Fouilland-Bousquet, la directrice du Théâtre+Cinéma Scène Nationale, du Grand [Lire la suite]