Contre-Regards

par Michel SANTO

Archive pour août, 2018

Je suis Gaulois, on ne me prendra pas pour un veau…

 

Indignation générale dans les médias et sur les réseaux sociaux : Macron aurait insulté les Français !  “Des Gaulois réfractaires aux changements !” Ah bon ! Une insulte ? la France n’est plus la Gaule, certes, mais comme disait les Hussards, ils étaient nos ancêtres, non ? Une légende, me dira-t-on ; mais qu’importe j’en fais ma vérité du moment.

La dernier chant de Hulot …

J’ai toujours vu Hulot au bord des larmes. Comme ses admirateurs l’étaient aussi devant la “télé” à regarder ses belles images. Belles et tristes à la fois ! Édifiantes, il est vrai. Notre planète va mal, et elle souffre tellement, qu’à sa surface, la vie : la nôtre, menace la sienne. Oui, Nicolas ! l’espèce humaine est dévoreuse d’espaces, omnivore et proliférante.  Il était bien – il est toujours – que cela soit dit.

Ce soir là, “l’art”, de manière inattendue, était involontairement dans la rue…

 

@photo : michelsanto.

   

Chaque soir, à la même heure, des boutiquiers pressés du centre ville entassent leurs “encombrants” – cartons, cintres, boîtes, papiers… – sur des trottoirs devenus en partie  impraticables, jusqu’à ce que les  servants des “camions poubelles” de l’entreprise assurant ce service de déblaiement rendent enfin aux piétons leur pouvoir  d’en user sans obstacles.

Ce désir de paraître vivre ailleurs que dans une ville de province…

 

À Recanati, l’immeuble Léopardi @ T.Jamard. Cliquer sur l’image pour rejoindre l’auteur de ce cliché sur son blog…

     

“Plus généralement, le désir d’être ce que nous ne sommes pas a pour conséquence de tout gâcher dans le monde : c’est cela qui rend insupportables  tant de gens qui par ailleurs ont tout pour ce faire aimer.

Ces impitoyables « touristes » qui ne veulent plus entendre le son des cloches et le chant des cigales…

Il y a quelques semaines, en Lozère, les locataires d’un gîte demandaient que l’on cessât de faire sonner les cloches de l’église, dès 7 heures du matin. Demain, ils réclameront des insecticides pour supprimer le “crac crac” des cigales. Trop tôt et trop de bruits pour ces urbains désireux d’une campagne de cartes postales, sans odeurs et sans chants.