Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

Epoustoufflement!

  040123poulet-thailande-desinfection-n.jpg

Un nouveau virus nous vient d’Asie. De chine. Plus précisément de sa muraille. Et si aucune mesure préventive n’est prise, notre riche et élégant vocabulaire ressemblera à un champ de barbarismes et de clichés. De santé fragile car déjà truffé d’horribles  «  chevilles » (absolument…), d’absurdes contresens (à priori pour peut-être), de tournures jargonnesques (les axes majeurs de ma démarche participative !!!) et d’inutiles anglicismes (alternative au lieu de possibilité, option, choix, solution…) cette nouvelle menace risque de le faire muter en baragouin  pour de vrais incultes prétendument éduqués. Quand il était ministre, Anicet le Pors, alerté par les préfets, qui ne comprenaient rien aux rapports des stagiaires de l’E.N.A, avait introduit des cours de français dans les programmes de la prestigieuse école. Hélas ! Madame Royal était déjà à l’Elysée… Avec sa bravitude, le mal est dorénavant fait. Il prolifère même jusqu’en terres audoises où vient d’éclore, à Montredon,  un splendide « époustoufflement ». Que n’a pas manqué de noter A. Navarro, le rédacteur en chef de l’Indépendant de Narbonne.L’auteur de cet « idiotie »? J. Arino, un journaliste, lui aussi, retraité, certes, mais néanmoins actif vice président du conseil général de l’Aude. Et de surcroît vice (toujours) président de la commission enseignement, culture… Consternant n’est ce pas ? La mise en quarantaine s’impose. 

Bécassin.

Nous avions Bécassine, voilà Bécassin. Ségo la gaffe n’est plus la seule à nous régaler de ses bourdes. Jacquot vient d’entrer dans le bal. Comme un sumo dans la soupe. Il en tombe encore sur les diplomates. C’est quand même mieux que les deux ou trois bombinettes qu’il concèderait volontiers au sinistre régime iranien. Il doit s’enquiquiner à L’Elysée, les vœux sont finis ! Et tout ce petit monde autour de lui qui s’amuse. A celui qui sortira la plus grosse ! On comprend sa solitude et qu’il veuille marquer son territoire. A présent, c’est fait ! Il tient définitivement le pompon. Sur une jambe! Il faut le faire.Nos amis belges doivent bien se marrer…

 

 

 

 

 

Mon gendre, tout est rompu!

 

 

Mercredi 17 janvier, soirée théâtre. La pièce ? Un chapeau de paille d’Italie de Labiche : la plus jouée de son abondante production. Un texte hybride qui oscille sans cesse entre la comédie de mœurs, la satire bourgeoise et la farce.  Et sur lequel plusieurs metteurs en scène aguerris se sont cassés les dents. La version proposée au public narbonnais par G. Rouvière était, elle, dans le genre « moderne ».

Une ambiance de guitare électrique, au propre comme au figuré, un décor sombre et plat, une exagération dans le grotesque et le ridicule des personnages et des situations, qui me firent sortir de la salle comme j’y étais entré, « crevé ». J’espérais mourir de rire, j’ai cru mourir d’ennui. Un comble, pour un esthète de la dérision dont le comique, à la limite de la farce, s’exprime paradoxalement au mieux dans la nuance et la subtilité.

La lecture du programme et la présentation de cette pièce par Monsieur Rouvière m’avaient pourtant préparé au pire. Labiche ? je le cite : « un auteur… d’une cruauté brutale » Ses mots ?: « … sont catapultés, éruptés… » Les mots et les idées ? : « … tout veut sortir de sa bouche. » Et, au final, sa pièce : « …un cauchemar onirique. » Une enfilade de perles à vous donner le vertige, un sabir de collégien enivré de coca et de  mangas.

Quand je pense qu’un journaliste local a osé écrire que la pièce de Labiche n’était pas à la hauteur de la mise en scène de Rouvière. Pourquoi pas demander à Jack Lang de la réécrire, tant qu’on  y est ?  Quelle époque, quel cuistre…

«  Mon gendre, tout est rompu ! »

 

 

 

 

Les dagues sont sorties.

 image

Acte 1 : Le procureur (la commission des conflits du PS)

« Il est apparu aux membres de la commission que, sans conteste, ces propos ­ au-delà de leur caractérisation pour le droit – ne sont pas compatibles avec les valeurs d’égalité et de respect des Droits humains qui fondent depuis toujours l’engagement du PS et sont contenues dans sa déclaration de principe mais aussi (…) dans les principes constitutionnels de notre république ».

Acte 2 : L’accusé : (G. Frêche)

« C’est un procès de l’inquisition qui rappelle les pires moments du stalinisme. On offre ma tête au peuple en espérant gagner quelques voix dans les DOM (départements d’outre-mer). »

« J’ai pas besoin de la politique pour vivre. » Et le meilleur, sans rire :

« Tout ce qui est exagéré est inutile »

Acte 3 : Le verdict : (prononcé à l’unanimité)

Le président de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, est exclu définitivement du parti socialiste  en raison de ses propos sur le nombre important de joueurs noirs en équipe de France de football.

Acte 4 : Le choeur régional : (et son chef)

« C’est le meilleur d’entre nous. »

Eh bien! Si le meilleur d’entre eux est viré pour ses indignes propos,que vaut le reste de la troupe? Et qui est cet « entre nous » ? Le groupe socialiste ? Mais il ne l’est plus,socialiste, Georges ! Faut-il alors entendre, en toute logique, qu’il n’y a plus de groupe socialiste ?!

Ces messieurs n’ont décidemment pas fini de manger ce qui leur reste de fausse dignité? Et demain, quand le moment sera favorable, ils sortiront leurs dagues et frapperons…

Articles récents

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

  Narbonne, vendredi 23h 30   Depuis ce matin, Alain Perea se fait tirer comme un lapin sur les réseaux sociaux. À ses trousses, des milliers de "fusils" venus des quatre coins du[Lire la suite]
Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

        Vu d'Aude, encore traumatisée par les catastrophiques évènements subis au début de cette semaine – une Aude, en certains de ses endroits, dévastée, où des famille[Lire la suite]
Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

      Narbonne, le 16 octobre à 13 heures Depuis hier soir, ne me quitte plus ce sentiment du dérisoire et de l'insignifiance  de la "vie" politique telle que la rapportent [Lire la suite]
La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande poursuit sa "tournée des popotes" dans les supermarchés et les grands magasins culturels. Parfois des librairies. Il y vend et signe ses "mémoires" quinquennales : "les leçons du po[Lire la suite]