Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

Royal Aubry, le débat n’est pas clos…



Un certain nombre d’analystes de la vie politique française, comme Olivier Duhamel notamment, expliquent les difficultés et les divisions du Parti Socialiste par le fait que ses dirigeants et ses militants ( pour l’essentiel des élus locaux ou des collaborateurs d’élus aspirant à l’être ) n’ont aucun intérêt à détenir le pouvoir national, au risque de perdre leurs rentes locales, quasi assurées dans une situation d’opposition.
Nous serions donc installés dans un nouveau type de cohabitation où le national serait dévolu à la droite et le local à la gauche.L’argument est sans conteste sérieux et met en lumière, sous l’apparente irrationalité du dernier congrès de Reims et de ses suites, la conduite, elle, parfaitement rationnelle de ses principaux acteurs. La version politicienne de l’ hégélienne ” ruse de la raison ” en quelque sorte. Mais qui me semble occulter un autre ” surmoi ” tout aussi puissant, celui de son vieux fond révolutionnaire, marxiste et anti-capitaliste  qui  l’empêche de souhaiter à tout prix l’exercice du pouvoir, d’être tout entier tendu vers lui.
Dans l’esprit de beaucoup de ses dirigeants, en effet, cet exercice du pouvoir ne vaut qu’à la condition de pouvoir engager des réformes ” substantielles ou structurantes ” , ” d’éclairer l’histoire ” . A quoi bon gouverner donc, si les conditions économiques du moment empêchent une politique généreuse de dépenses et un accroissement sensible de la redistribution? Reste un dernier facteur en prendre en considération, et non des moindres, à savoir le blocage politique et intellectuel de prendre acte que nous vivons dans un régime présidentiel et en démocratie d’opinion. Et dans tirer toutes les conséquences en termes d’organisation, de doctrine et de stratégie.
Contrairement à ce qu’en ont rapporté les médias, c’est bien ce débat là qui est engagé chez les socialistes français.Et la victoire à l’arraché et dans la confusion politique de Martine Aubry ne l’a pas clos.Sauf à postuler évidemment qu’elle sera capable, avec Hamon, Fabius, Jospin et Emmanuelli de faire sauter ces trois grandes inhibitions. Ce que je ne crois pas! La plus décomplexée pour ce faire étant indiscutablement, quoique l’on puisse penser de sa personnalité et de ses ” capacités “, madame Royal…

La noblesse d’un vrai débat démocratique.

 Pour ceux qui s’intéressent à la réforme des collectivités territoriales, voir l’audition d’ Alain Lambert par la Commission Balladur en tant qu’auteur du Rapport Lambert sur les relations entre l’Etat et les collectivités locales.
Un exemple de débat démocratique où le respect et le sérieux des personnalités ici rassemblées donnent à la notion de citoyenneté républicaine toute sa noblesse.

Mépris démocratique.

La presse régionale de ma région est d’une médiocrité éditoriale qui n’a d’égale que la crédulité de ses lecteurs et la tartufferie d’une petite bourgeoisie politico- économique locale unie par des liens de clientèles aussi puissants que le sont leur profond conservatisme social et politique. On se demande même pourquoi certains localiers prennent encore la peine de prendre la plume alors qu’il suffirait, pour assurer le service après vente de nos petits marquis républicains audois, de reproduire leurs communiqués de presse truffés d’axes aussi majeurs que de problématiques nécessairement déterminantes. Quand ce n’est pas, comme dans cet affigeant papier du Midi Libre, de la sempiternelle et inusable “mauvaise compensation des transferts de compétence de l’Etat ” pour justifier une ” inévitable ” augmentation d’impôts de 5 à 10%. Et ce, en un moment de crise où, cela mêmes qui, rognant sans états d’âmes  le pouvoir d’achat de leurs contribuables locaux, font procès au chef de l’Etat de ne pas faire de la relance de la consommation la priorité de son plan pour doper l’économie nationale.On croît rêver! A ce niveau de cynisme politique et de complaisance journalistique, l’annonce que :” d’ici 2011,( oui! en 2011!!! ) le cabinet KPMG livrera le résultat d’une étude sur le fonctionnement d’un conseil général qui compte 2 400 agents.” pour en améliorer l’efficacité, témoigne qu’en la matière le mur du son n’est jamais atteint et l’intelligence des citoyens toujours méprisée.

Régulateur hier et dérégulateur demain!


Il y a deux semaines, le président Sarkozy et sa ministre de l’économie ne prononçaient pas une phrase sans citer le mot valise  de ” régulation “, que tout le monde répète depuis, criant et bêlant, alors que la crise s’est déclenchée dans le marché américain des hypothèques, l’un des plus socialisés et des plus politisés au monde et que, depuis 1960 , les budgets des organismes réglementaires US dans le domaine de la règlementation financière ont été multipliés par douze, par exemple! Bref, le marché des biens et des services financiers a toujours été régulé et il convient aujourd’hui de le mieux réguler en le régulant autrement. Tout en gardant à l’esprit que ce n’est pas pour autant que l’on évitera d’autres crises… de régulation.
Et c’est dans ce contexte de demande de régulation un brin démago et très populo, que notre ministre de l’Economie et notre Président s’en prennent à la Commission Européenne qui, dans son rôle de régulateur macro-économique, elle, exige, à juste titre, de la France et de l’Allemagne qu’elles revoient leur plan d’aides au secteur bancaire.Une Commission qui, au demeurant , a déjà  approuvé vingt plans nationaux en veillant à ce que « les mesures nationales n’aggravent la crise en exportant les problèmes vers les autres États membres », et qu’on ne peut donc diaboliser en la suspectant d’orthodoxie ultralibérale. 
Rien là que de très normal donc, mais qui a du mal a passer à Bercy. Madame Lagarde prétendant même que «Mme Kroes ( la Commissaire en charge du dossier ) a accepté de revoir et d’améliorer les lignes directrices ( de sa politique ) pour tenir compte de l’urgence et de la nécessité de faire passer les impératifs du fonctionnement de l’économie devant les règles absolues de concurrence». Ce qui est un gros mensonge proféré dans l’habituelle langue de bois politicienne, Madame Kroes exigeant, bien au contraire, des engagements précis sur le montant des prêts qui seront accordés à l’économie réelle comme sur les incitations faites aux banques, afin qu’elles remboursent dès que possible l’aide de l’État, que ce soit par un gel des dividendes,  par une augmentation de sa rémunération , ou
tout autre mécanisme .
Qu’une partie de la gauche joigne sa voix à celle de la droite pour critiquer la gestion de cette situation par Bruxelles ne laisse pas d’étonner aussi. Il devrait tomber sous le sens, en effet, qu’en l’absence de régulation européenne par un droit de la concurrence tenant compte du contexte présent, ce serait assurément la loi de la jungle et le désarmement unilatéral des pouvoirs publics face aux puissances nationales et de ” l’argent “.
Mais aller donc demander à des politiciens professionnels d’adopter des politiques publiques rationnelles qui ne soient pas conformes à leurs propres intérêts ( des élections européennes dans quelques mois… ) Et qui, en l’espèce, sont irrationnelles du point de vue d’une majorité d’individus: les contribuables et les épargnants européens… 

Le bêtisier du Midi Libre.

Dans son édition dominicale ces quelques perles:

1° En gros et gras, en page Narbonne, ce titre de Ch.V ( qui est ce ? ): ” Les élèves infirmiers enfin dans leur extension ” Auraient-ils donc été compressés, comprimés , retrécis, limités….? Et ce propos du député maire louant le financement consensuel de cette extension infirmière: “…alors même que la santé n’échappe pas aux objectifs de rigueur.” Ce qui, entre parenthèses, dans le cas où ces objectifs seraient approximatifs me rendrait soucieux pour le maintien de la mienne…

2° Christine Clerc, dans ” Lignes ouvertes ” et à propos de Martine Aubry, cette chute dans le style bibliothèque rose : ” …elle va devoir montrer qu’elle peut être une maman pour tous les français, à commencer par les plus fragiles. Et tisser avec eux ce lien mystérieux qui passe par l’émotion. ” Sniff!Sniff!

3° Enfin ceci de Claude Sérillon, en grande forme : ” c’est à qui plongera plus profond les coups portés.” et qui, après ce plongeon de coups sans épées, nous sert une ” l’écume politique n’est pas toujours la crème des choses de la vie ” aussi mal balancée qu’un café sans mousse et un style sans pensée…

 

Articles récents