Contre-Regards

par Michel SANTO

Les grandes manoeuvres sont engagées sur le flanc gauche de LREM…

   

Dans le Midi Libre de ce jour, Bernard Cazeneuve, l’ancien Premier ministre de François Hollande, dit notamment ceci  : « La gauche a elle aussi été rongée par l’égotisme. Elle souffre plus que d’autres courants de pensées de la perte de sens de l’action collective, de ce solipsisme radical qui semble s’être emparé des appareils. Elle doit par ailleurs sortir des postures déconnectées des réalités de notre époque, qui la conduisent trop souvent à se parler à elle-même. Il faut en France un puissant courant social-écologiste, européen et humaniste, qui incarne à la fois la justice sociale, une ambition pour la planète et une préoccupation de l’efficacité économique.

Cette gauche doit être ardemment républicaine, laïque, et attachée à la notion de respect. Pour rassembler, il faut une force centrale qui aimante. Et cette force ne pourra se construire que dans la sincérité, dans le refus de la radicalité violente et loin des petites manœuvres en vase clos. » En sept phrases sont posés le diagnostic du « malade » et  le chemin thérapeutique pour qu’il retrouve sa forme et sa force attractive. Bien ! Mais à lire attentivement ces lignes, on a le sentiment que Bernard Cazeneuve, en écartant toute forme d’union avec LFI de Mélenchon, voire les communistes, tant que le PS ne retrouvera pas sa position hégémonique à gauche, en rejette la perspective dans les dix prochaines années, au mieux. Sauf à parier sur un rapide effondrement du mouvement du Président de la République et de  LFI, pour récupérer tout aussi vite son ancien électorat dispersé entre ces deux principales forces. Or, pour le moment, c’est plutôt, au contraire, le déclassement du PS qui est surtout constaté. De sorte que, dans ce contexte, en parallèle de la ligne de monsieur Cazeneuve, et pour la contrer, il n’est pas absurde d’imaginer un déploiement sur le flanc gauche de LREM, autour d’anciennes figures  du Ps, comme l’actuel ministre des Affaires étrangères du président Macron, monsieur Le Drian, notamment, une offre politique correspondant aux mêmes orientations générales que celle promue par Bernard Cazeneuve – On en revient toujours à la question centrale jamais en réalité tranchée par le Ps : alliance stratégique avec le centre ou avec la gauche radicale. J’en conclus donc, provisoirement, que, dans les mois qui vont suivre ces élections européennes, va se jouer l’existence même d’un parti qui fut pourtant dominant dans une gauche majoritaire…

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire