Contre-Regards

par Michel SANTO

Madame Serres, la doyenne de Narbonne, cette vieille dame digne, ma voisine, n’est plus…

Elle avait fêté (un bien grand mot !) ses 106 ans, le 6 février. Fatiguée, usée, un « accident » ne lui permettait plus de rester seule dans son appartement. Depuis, elle terminait sa longue vie dans une « maison de retraite ». Combien de fois m’avait-elle dit qu’elle ne pourrait vivre dans ce genre de lieu ; et qu’elle désespérait, son visage tourné vers le ciel, d’enchaîner des jours chaque jour plus pénibles, lourds ; que la vie, en elle, était injuste  de s’entêter ainsi à vouloir vivre. Tous les matins du monde, je l’ai longtemps vu passer sous ma fenêtre. En toute saison, par tous les temps. Elle s’aidait d’une canne ; puis de deux : son corps tordu l’entraînait irrésistiblement vers le sol. Tous les jours, je la voyais s’en aller faire ses courses ; et en revenir, son large sac, profond, balayant la chaussée. « Trop grand et trop  lourd », me confiait-elle, quand je la trouvais assise sur un banc,  là devant ma porte, à l’ombre d’un cyprès… Bavardant à ses côtés, combien de fois l’ai-je entendu houspiller sa coiffeuse – « une  incapable » ! – , menacer le réparateur de « télé » de représailles commerciales – « il n’y connaît rien ! , je vais me plaindre auprès de son patron » –, tancer des voisins trop bruyants et gronder  la « terre entière ». Ma voisine, avait, en effet, un caractère d’acier. Le Dimanche, aux Halles, infatigable et obstinée, elle se frayait un chemin au milieu de badauds indifférents et d’acheteurs pressés,  sa canne en avant pointée comme une épée, ironiquement menaçante. Madame Serres, ma voisine, puisqu’il s’agit d’elle, ne fêtera plus l’an prochain ce 6 février qui la vit naître. Elle est morte jeudi, à cinq heures du matin, son désir d’un autre monde enfin exaucé. J’aime l’imaginer, en ses derniers instants, un petit sourire moqueur plissant ses lèvres. C’est ainsi, je crois, qu’elle aurait aimé partir. Madame Serres était une très vieille dame digne ! Elle va nous manquer…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • VAILLS MARIE ZABETH

    |

    Et Oui, ma grand Tante nous a quitté, dans son sommeil ce jeudi matin…. Son désir enfin exaucé…. Anna est enfin venue la chercher…..Et comme je lui ai maintes fois promis, et encore cette fin Avril, je serais à ces côtés ce Mardi pour un dernier au revoir.
    Elle va me (nous) manquer car à chacun de mes voyages je passait la voir le plus possible et Amélie, Eloane qu’elle surnommait la petiote, et surtout Lord qui arrivait a passer plusieurs heures à la regarder

    Reply

  • HOCK Erica

    |

    J’avais connu madame Serres grâce à maman et j’avais toujours plaisir à la rencontrer dans le quartier. Toujours vaillante malgré les années, refusant que je lui porte ses courses ou que je vienne lui faire la lecture lorsque sa vue ne lui permettait plus de lire. Je lui avait donné mon numéro de téléphone, mais jamais elle ne m’a appelée. Ces dernières années elle disait le poids des jours, son désir de partir et elle est enfin exaucée. Toutes mes condoléances à ses proches et toutes mes pensées pour Madame Serres, si petite par la taille, mais si grande par le caractère et le coeur.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :