Contre-Regards

par Michel SANTO

Monsieur Baylet (et son groupe de presse) prend le train médiatique et politique des LGV, et déraille …

   
Capture d’écran 2017-10-05 à 14.08.09.png

Photo de Rémi Benoit trouvée sur le mur Facebook de Stéphane Thépot

     

Cette photo se suffit (presque !) à elle-même. Monsieur Baylet, ce spécialiste des allers-retours entre palais de la République et son siège social du groupe La Dépêche, ne se contente plus d’affirmer qu’il est “la voix des média” (au singulier !) – ce que nous savons pour vivre au quotidien (façon de parler) son contrôle monopolistique de la presse régionale –, mais le voilà qui trompette, à coups de sondages “bidons”, de futiles publications et de pétitions citoyennes (sans rire !), sur ses propres titres (et sur ses sites en ligne), afin d’obtenir de l’État qu’il revienne sur sa décision de geler la construction de nouvelles LGV (Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan). Madame Delga, la présidente de la Région suit évidemment (et radicalement) cette locomotive qui, au passage, lui permet de communiquer gratuitement sur sa politique régionale d’aménagement ferroviaire ! Quant aux groupes de pression habituels et financièrement intéressés comme la fédération des travaux publics, notamment, faisons leur confiance pour bétonner cette profitable initiative. Sans que personne, dans ce train politique lancé à toute vitesse, ne nous demande si ces deux infrastructures sont vraiment nécessaires et prioritaires, pour la croissance, l’emploi et le rayonnement de cette région. Alors que nous sommes toujours, et pour longtemps, dans un contexte politique fortement plombé par un  endettement exorbitant de l’État, de la SNCF… et de déficits publics tout bonnement affolants. De sorte qu’il faudra bien qu’un jour nos élus (de droite et de gauche républicainement réunis sur ce dossier), et ce bon monsieur Baylet, nous expliquent  s’il est vraiment nécessaire, pour gagner 4 minutes entre Narbonne et Montpellier (4 minutes vitales pour le territoire, n’est-ce pas !) , d’investir 6 milliards d’euros (à condition de les trouver, et où ?) pour la LGV et plus de 20 millions  pour  les deux seules gares de Béziers et Narbonne. Ce qui revient à 150 millions la minute (je ne fais pas le calcul pour une seconde !). Quatre minutes gagnées sur le temps à 6 milliards d’euros  à mettre en rapport avec les 5 milliards, seulement,  que la SNCF consacre à la modernisation et la sécurité du réseau existant… au plan national (dans un état préoccupant.) Voilà qui demande , me semble-t-il, un peu plus de réflexion, qu’une campagne de “com”  baylesque et régionale d’une démagogie consternante…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio