Contre-Regards

par Michel SANTO

#NuitDebout! si peu tendre, si peu câline…

Ce matin, dans les “Matins de France Culture”, le préposé à la revue de presse (1), Nicolas Martin, nous a sorti son dictionnaire des idées reçues  pour se gausser des éditorialistes de la presse écrite, nombreux, qui auraient, selon lui, l’outrecuidance de signaler, avec plus ou moins de condescendance, l’essoufflement “d’un mouvement social”, selon eux  bien mignon,  mais ne servant pas à grand-chose, pour ne pas dire à rien. À l’exemple de Denis Daumin de la Nouvelle République, pour qui «Le mouvement Nuit Debout, cet objet politique non identifié, occupe nos places et encombre l’espace du débat public autant qu’il l’embarrasse». Un interminable «crépuscule des bobos» (Le Figaro), peu goûté par Martin qui lui fit ouvrir le dico  de Gustave – un sacré réac, pourtant! – à l’acception «Journaux»: “Ne pouvoir s’en passer – mais tonner contre”. Et  d’illico le faire en insistant sur l’aspect inédit, innovant du mouvement, citation du Parisien – une référence! – à l’appui: «Hier l’Assemblée Générale des lambda, assis sous le soleil, a décidé de se doter du droit de vote, pendant qu’une petite armée de jardiniers entreprenait de planter un potager à côté du métro.»


Cfnnf30W8AAYTNe


Tandis que d’autres, restés inaperçus par nos candides journalistes du service public, inventaient une forme de dialogue et de débat démocratique, classique, puisée dans l’imaginaire “révolutionnaire” de leurs grands parents:


Ce qu’exprime, caricaturalement, une nommée Aissatou Dabo, présentée comme la porte-parole de la Coordination Etudiante (!) , pour qui : “on a décidé de ne pas se dissocier de ceux que vous appelez les casseurs, parce que c’est une division en plus que vous apportez alors que y’a pas d’eux et nous, c’est nous tous ensemble…”. Contre l’État policier et la répression! Et la dictature néo-libérale, évidemment…

Et dire que nous sommes en “guerre”, que  “l’État d’urgence” a été prolongé, que la menace terroriste est très élevée, que la “foule”, après le massacre du Bataclan, il y a un “siècle”, embrassait la “flicaille”…  Et dire aussi que tout ceci se produit à l’occasion de la discussion de la loi El Khomri, qui ne casse plus trois pattes aux syndicats, dont on peut comprendre la contestation, certes, mais qui ne devrait pas pouvoir envoyer des “commandos” embraser les façades de lycées, ou celle de commissariats. Et des cohortes d’individus planter des choux place de la République…

Comme Yves Montand, qui cherchait après Titine, je cherche partout l’État… et ne le trouve hélas pas…


(1) Un brin, c’est peu dire, complaisante, n’est-ce pas Brice Couturier? Mais néanmoins brillante!

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio