Contre-Regards

par Michel SANTO

La mémoire et la guerre.

« Confier à chaque élève de CM2 (10 ans) la mémoire d’un enfant français victime de la Shoah ». Il suffit de lire et de relire cette phrase prononcée par N.Sarkozy, d’en peser chaque terme, pour en saisir l’insoutenable charge affective. J’en comprends certes les motivations! notamment celle de faire barrage, dans certains secteurs de la société, à une montée de l’antisémitisme. Mais ses effets pervers me semblent de beaucoup plus dangereux. Je pense surtout aux désastreuses conséquences d’une réactivation de la «  guerre des mémoires ». Une guerre opposant toutes « les communautés » victimes d’une histoire aux plaies mal cicatrisées : celle de l’esclavage ou de la période coloniale. Avec le risque que la Shoah soit mise, par des élèves ou leurs parents, sur le même plan que les autres victimes de cette négation de l’humain dans l’homme que fut la traite des noirs ou le sort des « indigènes ». Trop de mémoire tue la mémoire, en effet . Ne faisons pas de celle de nos enfants un tombeau. Un tombeau dans lequel s’affronteraient les fantômes de tous les  sacrifiés de l’histoire. Sans vainqueurs ! Sinon le repliement identitaire et son mortifaire potentiel de violences…

 

Les gens de cour…

Autrefois, à sa cour, le Roi Soleil avait mis en place la politesse et la retenue. Aujourd’hui, celle du Languedoc-Roussillon voit béatement son Président pratiquer la violence verbale à répétition. Et cette  » petite noblesse  » composée d’ élus proches et proches « technos », journalistes, intellectuels, d’imiter le miroir transcendental Montpelliérain. Ou de se taire, pour les plus courageux ! C’est ainsi qu’hier, dans la petite République de Narbonne, un essaim de dames, par ailleurs si pleines de civilités et de vertus, butinaient, en la compagnie d’ admiratifs Messieurs, le nectar Frêchien. Oubliées, les injures machistes de la  veille ? Non, plus grave, justifiées par ces victimes consentantes d’un maître manipulateur. Cet « attracteur étrange »  fait d’intelligence et de mépris dans lequel se noient les peurs et les désirs des notables. Cet acteur caricatural d’une guerre civile à bas bruit où l’insulte fait figure de principe moral.

Sizwe Banzi n’est pas mort.

 

Mardi, Scène Nationale du Théâtre de Narbonne. Y était jouée, la pièce d’Athol Fugard  » Swize Banzi est mort « , mise en scène par Peter Brook.  L’histoire est simplissime. Dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, Sizwe Banzi, travailleur noir immigré en son propre pays se désespère. Afin de subvenir aux besoins de sa famille, il lui faut un emploi  et  pour trouver cet emploi, un seul document administratif lui est nécessaire. Mais, pour l’obtenir,  il doit prouver… son décès ! Ou emprunter l’identité d’autrui. C’est entre 1958 et 1973, à une période où l’apartheid régnait  en maître sur l’Afrique du Sud, qu’est né ce qu’on appelle aujourd’hui les township plays – « les pièces des townships ». On n’a donc pas été surpris par le côté démonstratif et militant d’un texte « sublimé » par un décor typiquement brookien : un bidon recouvert d’un sac poubelle,deux portants et trois piles de cartons d’emballage sur un sol brut de coffre d’un gymnase délabré. L’anachronisme du propos et la nudité de la mise en scène en révélait hélas ! sa profonde naïveté. Contradiction très brièvement notée par le formidable acteur malien Habib Dembélé qui,au tout début de la pièce, s’étonne que l’actuel président de l’ Afrique du Sud dise du SIDA qu’il est une invention… américaine ! Improvisation ? Rajout de Brook ? Qui l’aura entendu avant de sombrer dans l’écoute béate et la joie malheureuse de nos si mauvaises consciences  ?  » Pas grand monde, je le crains », me disais-je de retour chez moi. Tournant et retournant les raisons de mon malaise, jusqu’à oser écrire cela. Au risque de n’être pas compris…

Si Jacques,Marcel et Eric en avaient…

images-1Après avoir fait , à Béziers, hier après midi , le panégyrique de Marc Bloch, (dont le futur lycée biterrois portera le nom), le président Frêche s’est penché sur la Résistance et, plus surprenant, sur les femmes tondues ! « Il existe aujourd’hui une mode qui consiste à protester contre les résistants qui tondaient les femmes qui avaient couché avec les Allemands pendant l’Occupation. Elles ne pouvaient pas coucher avec les résistants ? Vous croyez que je vais pleurnicher parce qu’on leur a coupé les cheveux ? Mais c’était gentil ! On aurait pu les fusiller … » En fin de semaine dernière, c’était madame la mairesse socialiste de Montpellier,H. Mandroux qui, à son goût : « n’avait pas une vraie paire de c… » Cette insistance dans l’indigne à propos des femmes relève à l’évidence d’un dérèglement des sens, et du reste, qu’on ne saurait imputer aux seuls délabrements neuronaux provoqués par le temps. C’est à un récidiviste de l’attentat moral et politique, prétendument de gauche, auquel ne s’opposent – hélas! – que de trop rares et courageux socialistes héraultais, à  l’instar du président du Conseil Général de l’Hérault, André Vézinhet, que nous avons à faire. Dans l’Aude, au contraire, c’est avec joie et reconnaisance qu’il est attendu. Il parait même que le député socialiste candidat à la mairie de Narbonne le recevra vendredi en grandes pompes et en compagnie de toutes les éminences départementales. Ah! si Jacques, Marcel et Eric en avaient…, l’honneur des Anne-Marie, Murielle et de toutes les femmes outragées serait provisoirement sauvé. Attendons encore un peu avant de faire sonner les cloches de la louange ou du déshonneur…

Les c… de Frêche.

Chaque année le 15 février, les Luperques, vêtus seulement des peaux des boucs sacrifiés, couraient à travers la ville en frappant avec des lanières de peaux de boucs tous ceux qu’ils rencontraient notamment les femmes. Celles-ci ne cherchaient pas à se soustraire aux coups, parce qu’elles croyaient que cela favorisait la grossesse. Dans la même tradition carnavalesque, notre agrégé de droit romain régional, vient d’en balancer une (volée!) à Héléne Mandroux ,que G.Frêche trouve certes charmante tout en considérant  » que le métier politique exige d’avoir une vraie paire de…  » Ce qu’à l’évidence elle ne possède pas et qu’on ne saurait décemment lui reprocher. Après l’équipe de France et ses trop nombreux blacks, voilà maintenant que les femmes manqueraient de testicules ! Je ne sais si Hélène considère cette saillie comme un compliment, mais il me semble que l’honneur et la dignité de son   » sexe « , devraient l’amener à relever le défi de George…, et les lui couper.