Contre-Regards

par Michel SANTO

Petit éloge des agents de la propreté de ma (nos) Ville (s)…

 

   
 

Tôt, très tôt,  de légers crissements qui, certains matins, me font lever des sourcils encore lourds de nuits d’été toujours trop courtes. Suivent, à intervalles plus ou moins réguliers, le son métallique d’une pelle et le souffle un tantinet rageur d’un aspirateur. Rien d’aggressif cependant dans cet ébrouement matinal.

La ville, encore assoupie, est entre les mains d’hommes vêtus de combinaisons jaunes (fluo !) Balais, pelles et aspirateurs rythment leurs déambulations sous mes fenêtres  – entre-ouvertes les nuits fraîches de juillet. Ces hommes du petit matin sont l’honneur de ma cité. Souillée sans vergogne par une engeance à l’irrespect grégaire, ils s’efforcent au quotidien de lui redonner un semblant de dignité, sans cesse offensée… Le jour venu, ne voit-on pas de petites bandes se coller sur des bancs publics ou le seuil d’immeubles du centre ville, pour ostensiblement jeter à même le sol papiers gras, mégots, bouteilles, canettes, paquets de cigarettes, et autres reliefs « fasfoudiens », au milieu d’éclats de rires propres à une certaine jeunesse abrutie d’insolence.  Ou d’autres, moins jeunes et à l’allure « bourgeoise », lâcher discrètement sur leur passage un mouchoir en papier… Pour ces êtres là, dont je n’ai retenu que deux échantillons, leur ville de résidence ou de passage, est une immense poubelle à ciel ouvert. Ils y cultivent une orgueilleuse esthétique de la bêtise et de la vulgarité. Un mépris collectif d’un espace public aussi, qui pourtant nous rassemble ; et  que ces hommes seulement armés de pelles et balais, chaque matin de chaque jour qui passe, tentent vainement d’endiguer. Qui  ne dira jamais assez à ces anonymes balayeurs, nettoyeurs de places et de rues de nos villes ce que nous leur devons ?

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    C’est bien pensé et bien dit Michel mais ceux « d’en haut » s’en foutent royalement préoccupés qu’ils sont par leur postérité en rêvant d’œuvres pharaoniques . Pourtant il y aurait tant à faire pour améliorer ,au moins les conditions matérielles, de ces besogneux qui méritent évidemment tout notre respect et le sympathique rappel de votre billet. Merci pour eux.

    Reply

  • SCHANDELONG aline

    |

    Je ramasse parfois pour calmer ma colère et je souhaite que les agents de la police municipale verbalisent un peu plus en laissant les véhicules de la zone bleue
    et les !!! chiens en laisse dans la cathédrale

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Moi aussi Aline, je ramasse bouteilles et canettes devant la porte de mon petit immeuble de centre ville. Et comme vous je râle aussi …

      Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Comme vous Aline, je ramasse canettes et paquets de cigarettes jetés devant ma porte, notamment , en pestant aussi !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]