Contre-Regards

par Michel SANTO

Sportfolio, sans cap ni capitaine, tombe à l’eau…

   
 

Je viens de lire l’article consacré à feu “Sportfolio” dans l’Indépendant d’hier (ici : au format PDF). Des raisons expliquant ce fiasco, je retiens surtout la forte inimitié existant entre les deux membres co-fondateurs de la première édition, chacun défendant concurremment un projet différent, dans un contexte organisationnel, juridique et financier – c’est l’interprétation que j’en fais –  semble-t-il, instable – pour ne pas dire plus ! Cela dit, ce qui surprend est que ces difficultés, relationnelles et techniques, propres à l’organisation de ce genre d’évènements pendant les trois premières années de leur création, n’aient pas été prévues, anticipées par les personnes chargées de suivre ce genre de projet dans l’équipe municipale. Et ce même si les “amabilités” échangées par voie de presse entre les deux ex-cofondateurs ne  laissent aucun doute sur les obstacles qu’il eut fallu surmonter pour les réunir à nouveau afin de poursuivre cette belle aventure festivalière – engagée brillamment pourtant.  Entre Perpignan et Arles, ces deux villes où la photographie est reine, chacune dans son genre, il y avait pourtant bien une place à occuper dans la représentation et l’exposition de ce qui se fait de  meilleur dans le domaine photographique sportif, en général. Mais les conflits de personnes, d’intérêts et un défaut d’anticipation politique manifeste auront eu finalement raison de ce projet. Un vrai gâchis ! L’exceptionnelle édition 2015 de Sportfolio (ici), nous permettait pourtant de présager un meilleur sort que ce pitoyable naufrage auquel nous venons tristement d’assister.  Un vide que le grand marché des voitures d’occasions proposées aux visiteurs du centre historique, pendant la même période, marché installé sur les Barques de Cité et de Bourg, comblera, sans doute, pour le plus grand désespoir de ceux – j’en suis – qui ne se feront jamais, en de tels lieux, à cet ostentatoire étalage mercantile de tôles motorisées…

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio