Contre-Regards

par Michel SANTO

Sportfolio, sans cap ni capitaine, tombe à l’eau…

   
 

Je viens de lire l’article consacré à feu « Sportfolio » dans l’Indépendant d’hier (ici : au format PDF). Des raisons expliquant ce fiasco, je retiens surtout la forte inimitié existant entre les deux membres co-fondateurs de la première édition, chacun défendant concurremment un projet différent, dans un contexte organisationnel, juridique et financier – c’est l’interprétation que j’en fais –  semble-t-il, instable – pour ne pas dire plus ! Cela dit, ce qui surprend est que ces difficultés, relationnelles et techniques, propres à l’organisation de ce genre d’évènements pendant les trois premières années de leur création, n’aient pas été prévues, anticipées par les personnes chargées de suivre ce genre de projet dans l’équipe municipale. Et ce même si les « amabilités » échangées par voie de presse entre les deux ex-cofondateurs ne  laissent aucun doute sur les obstacles qu’il eut fallu surmonter pour les réunir à nouveau afin de poursuivre cette belle aventure festivalière – engagée brillamment pourtant.  Entre Perpignan et Arles, ces deux villes où la photographie est reine, chacune dans son genre, il y avait pourtant bien une place à occuper dans la représentation et l’exposition de ce qui se fait de  meilleur dans le domaine photographique sportif, en général. Mais les conflits de personnes, d’intérêts et un défaut d’anticipation politique manifeste auront eu finalement raison de ce projet. Un vrai gâchis ! L’exceptionnelle édition 2015 de Sportfolio (ici), nous permettait pourtant de présager un meilleur sort que ce pitoyable naufrage auquel nous venons tristement d’assister.  Un vide que le grand marché des voitures d’occasions proposées aux visiteurs du centre historique, pendant la même période, marché installé sur les Barques de Cité et de Bourg, comblera, sans doute, pour le plus grand désespoir de ceux – j’en suis – qui ne se feront jamais, en de tels lieux, à cet ostentatoire étalage mercantile de tôles motorisées…

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]
À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de l[Lire la suite]
Le nouvel ordre moral.

Le nouvel ordre moral.

Extrait du "Le nouvel ordre moral" par Christophe Carraud, qui signe, hélas !, le dernier numéro (le 47) de la Revue Conférence : "De même que la propagande va avec le repli (des années noire[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :