Contre-Regards

par Michel SANTO

Sportfolio, sans cap ni capitaine, tombe à l’eau…

   
 

Je viens de lire l’article consacré à feu “Sportfolio” dans l’Indépendant d’hier (ici : au format PDF). Des raisons expliquant ce fiasco, je retiens surtout la forte inimitié existant entre les deux membres co-fondateurs de la première édition, chacun défendant concurremment un projet différent, dans un contexte organisationnel, juridique et financier – c’est l’interprétation que j’en fais –  semble-t-il, instable – pour ne pas dire plus ! Cela dit, ce qui surprend est que ces difficultés, relationnelles et techniques, propres à l’organisation de ce genre d’évènements pendant les trois premières années de leur création, n’aient pas été prévues, anticipées par les personnes chargées de suivre ce genre de projet dans l’équipe municipale. Et ce même si les “amabilités” échangées par voie de presse entre les deux ex-cofondateurs ne  laissent aucun doute sur les obstacles qu’il eut fallu surmonter pour les réunir à nouveau afin de poursuivre cette belle aventure festivalière – engagée brillamment pourtant.  Entre Perpignan et Arles, ces deux villes où la photographie est reine, chacune dans son genre, il y avait pourtant bien une place à occuper dans la représentation et l’exposition de ce qui se fait de  meilleur dans le domaine photographique sportif, en général. Mais les conflits de personnes, d’intérêts et un défaut d’anticipation politique manifeste auront eu finalement raison de ce projet. Un vrai gâchis ! L’exceptionnelle édition 2015 de Sportfolio (ici), nous permettait pourtant de présager un meilleur sort que ce pitoyable naufrage auquel nous venons tristement d’assister.  Un vide que le grand marché des voitures d’occasions proposées aux visiteurs du centre historique, pendant la même période, marché installé sur les Barques de Cité et de Bourg, comblera, sans doute, pour le plus grand désespoir de ceux – j’en suis – qui ne se feront jamais, en de tels lieux, à cet ostentatoire étalage mercantile de tôles motorisées…

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

  Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio