Contre-Regards

par Michel SANTO

Narbonne! Il y a toujours un peu de Cox et d’Espagne sur les nouvelles Barques !

cox

Les voilà enfin de retour sur les nouvelles Barques, Michèle et Jean Louis !  Ils officient à présent dans un kiosque flambant neuf aux lignes très design. Qu’elle est loin l’antique « baraque  » d’Augustine devant laquelle mon grand père Antonio me donnait rendez vous le dimanche matin. Le rituel était toujours le même . Après un rapide échange en espagnol, la maman de Michèle se détournait du « Portillo »  –  le surnom de mon grand père – et me tendait une énorme « saucisse » – l’ancêtre du churro : un gros beignet bien gras ! Beaucoup d’autres espagnols faisaient pareillement, tous ou presque venant du même village situé entre Orihuela et Murcia : Cox . Cox, le village d’Augustine et d’Antonio ! Tous deux et leur grande famille, comme beaucoup d’autres, habitaient aussi le vieux quartier de Bourg … C’est dire si ce kiosque représente encore aujourd’hui , pour des gens de ma génération  et de mon milieu d’origine,  plus que sa seule fonction disons alimentaire. Il cristallise toute une histoire, en effet. L’histoire de jeunes gens et de familles entières poussées par la misère ou la guerre qui s’installèrent ici pour y construire des maisons et tailler ce qu’aujourd’hui nous appelons nos vignes… pour y donner naissance et élever aussi des enfants qui n’ont rien oublié de ce passé . Ecrivant ces quelques lignes, me revient à l’esprit ce jour de 2007 où Carmelo, le maire de Cox, et Tayo, son adjoint, étaient venus, à ma demande, prendre un café « Chez Michèle » en compagnie de parents et d’amis .  Ce même jour où les musiciens de la « Armonica » de Cox nous ont régalé d’un «  concert » dans une salle des « Synodes » bondée . S’y massaient de nombreuses personnes qui m’ont connu enfant avec , dans leurs yeux , de brefs et nostalgiques éclats de lumière venus d’un temps qui n’existe plus . Il y avait là des Vicente, des Morales, des Rives, des Gambin, des Jimenez , des Belmonte , des Santacruz … Santacruz, comme Jean Louis, qui , avec sa femme Michèle, ne fait plus des « saucisses » à la mode d’autrefois, mais, comme cela se fait aujourd’hui, de vrais churros, fins et légers ; de ceux que l’on trempe dans un grand crème bien blanc, à la terrasse d’un café d’une « Plaza Mayor » , comme à Sanlucar, un matin de printemps, entouré de ses amis – n’est-ce pas Louis, n’est ce pas Jean Pierre ?… Les visiteurs de notre ville l’ignorent, sans doute aussi beaucoup de ceux qui y vivent, mais presque tous les patronymes hispaniques qui chantent ici viennent de  deux villages : Cox et  Fuente Alamo . Deux villages  voisins : ceux de mon grand père et de ma grand mère paternelle. De sorte que l’on peut dire sans exagération aucune qu’Il y a toujours encore un peu de Cox sur ces nouvelles Barques et « Chez Michèle » !  Un lieu de mémoire qui ne figure dans nul guide touristique ou municipal. Mais c’est le mien !…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (9)

  • Avatar

    joseph

    |

    Je me reconnais beaucoup dans votre belle chronique…

    Reply

  • Avatar

    Carmelo

    |

    Gracias Michelle aqui no olvidamos el viaje inolvidable que gracias a ti hicimos.No olvides que aqui te apreciamos siempre.

    Reply

  • Avatar

    Sonia

    |

    Que bonito y moderno ha quedado el nuevo quiosco! Estoy deseando ir a comer unas crepes. Un beso grande de la familia Fabra Vicente para Michele y su marido.

    Reply

  • Avatar

    Andrès Saez

    |

    Hola Michel…!!
    Gracias por el artículo que nos envías…
    Espero q vaya todo muy bien.
    Un saludo.

    Reply

  • Avatar

    jean - louis et michele

    |

    Merci Michel que nos pères doivent etre heureux devant tant d ‘humilité et de reconnaissance.
    gracias compadré.

    Reply

  • Avatar

    Ninã

    |

    Ninã ! c’est ainsi que m’interpellait "El Portillo", cet homme imposant à la voix grave, votre grand-père, le meilleur ami de mon père, pour lequel j’avais une profonde affection. Quel bonheur, par la suite, de vous rencontrer. Comme votre chronique le décrit si bien, il y a toujours un peu de Cox sur ces nouvelles Barques et Chez Michèle", je le confirme. Afin de perpétuer tous ses souvenirs arriverons-nous à créer un jour ce lien entre ce village et notre ville, une association peut-être pour réunir toutes ces familles ? Je garde un excellent souvenir de cette journée de 2007, une belle rencontre avec le maire de Cox et les musiciens. Merci Michel pour votre belle chronique, pour votre belle écriture.

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Votre commentaire me va droit au coeur Claudine ! et espère qu’un jour puisse se créer des liens de ville à ville entre Cox et Narbonne. Peut être après ces élections, qui sait ?

    Reply

  • Avatar

    VICENTE

    |

    Je reviens de Cox j’ai vu ma soeur Marie Carmen et Pépé c’est tjrs un grand moment d”émotion, nous reparlons de cette fameuse journée de 2007 déjà Le temps passe très vite, il est dommage que de telles rencontres ne se fassent plus. Narbonne est jumelée avec une ville d’Allemagne pourquoi pas Cox? Dans l’Hérault Baillargues Sommières Mauggio et tant d’autres le sont pourquoi pas nous? Politique ou pas? C’est vraiment regrettable. Il faudrait lancer un “appel” à travers les réseaux sociaux. Dans les halles de Narbonne j’ai toujours le sentiment de retrouver mon père et ses copains parlant espagnol, le soir sur les barques il y avait cette ambiance autour des churros de Agostina . En espérant que ce voeu se réalise avant qu’il ne soit trop tard Besos de Encarnita

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonsoir Encarnita ! Combien je partage votre sentiment et le regret surtout que cette tentative de jumelage que j’avais initié n’est pas aboutie… Et si vous preniez l’initiative de lancer cet appel ? Je la relaierai , la soutiendrait sur mon blog , à la radio et sur les réseaux sociaux … Besos tambien Encarnita !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :