Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘LGV Montpellier Perpignan’

LGV Montpellier-Perpignan ! Enfin, le moment de vérité est arrivé…

   

     

Philippe Duron, le président du Conseil d’orientation des infrastructures (COI), a remis, ce jeudi matin, son rapport à la ministre des Transports sur les nombreux projets laissés en suspens par les différents gouvernements de droite et de gauche depuis plusieurs années, faute de financements.

Le TGV Perpignan-Figueres vers la faillite et la LGV Montpellier-Perpignan vers, vers quoi au fait?

tgv_la_clau_45

Voilà qui remet les pendules de la SNCF et des élus régionaux à l’heure.TP Ferro , concessionnaire de la ligne à grande vitesse franco-espagnole mixte TGV-fret de 44,4 km, Perpignan-Figuères, et de son tunnel de 8 300 m , réclame en vain l’aide des deux pays pour éviter la cessation de paiement, rapporte El Confidencial . TP Ferro, co-entreprise du français Eiffage et du premier groupe de BTP espagnol ACS, demande aux deux gouvernements 34 millions d’euros . Madrid refuse. Paris se tait! J’apprends aussi, que l’Autorité de régulation des activités ferroviaires refuse d’entériner les règles de séparation comptable de Fret SNCF et s’interroge sur la “viabilité” de cette entité qui, si elle avait été indépendante, n’aurait pu survivre avec des résultats déficitaires – moins 3,275 milliards d’euros en 2014 malgré une aide de 1,4 millions. Le président de cette Autorité suspecte aussi, ce qui relèverait des tribunaux si cela était avéré, des financements croisés! Il a quelques semaines à peine pourtant, dans toutes les villes ou presque de la région, la consultation sur la LGV Montpellier-Perpignan allait bon train, et la communication politique claironnait que nous étions enfin sur de bons rails … Et que de gares promises! Mais avec ce déraillage franco-espagnol dans des abîmes financiers, va falloir maintenant prouver que ce projet à 7 milliards d’euros annoncé pour 2025 est rentable et que les entreprises qui en auront la charge ont les capitaux nécessaires pour s’engager… Oh trains en emporte le vent!

 

Chroniques de Narbonne et d’ailleurs: des LGV et des TGV à l’arrêt?

tgv_mediterranee

Il y a peu, j’ironisais sur la situation ubuesque qui verrait la création de deux gares TGV!!! à Narbonne et Béziers, projet annoncé par les élus, ravis, des deux territoires, lors d’une rencontre  de travail et surtout de promotion et de lobbying à Gérone. Un projet doublement surréaliste tant du point de vue “grande vitesse” que de sa dimension financière- finances publiques très dégradées et endettement de la SNCF hors limites ( la dette cumulée de l’entreprise atteint désormais 44 milliards d’euros.). Jeudi, la Cour des Comptes devrait présenter son rapport et faire l’inventaire des errances qui sapent l’avenir du TGV. Un bilan sans concession de la grande vitesse, victime de décisions politiques irrationnelles et d’estimations de rentabilité faussées. Autant dire que la LGV Montpellier-Perpignan n’est pas pour demain. Quant aux deux gares de Narbonne et Béziers…

Chronique de Narbonne: Une LGV au train de sénateur entre Montpellier et Perpignan!

images

Le 7e sommet des villes pour la Grande Vitesse (de Barcelone à Montpelier en passant par Narbonne, Béziers, Carcassonne et Toulouse) s’est tenu ce vendredi 3 octobre, à Gérone. Voici ce que j’écrivais, en septembre 2009, sur ce sujet, qui ne me semble pas contredit, bien au contraire, par la déclaration commune signée hier en Catalogne espagnole…

Chronique de Narbonne: la LGV Montpellier-Perpignan, c’est à dire ?

tunnel

Vendredi dernier, le Conseil Régional a voté un budget de 5 millions d’euros pour les acquisitions foncières en vue de la réalisation de la future ligne LGV Montpellier Perpignan. L’occasion , dans le texte qui suit ( publié avec son autorisation ) , pour Georges Roques, de  donner son point de vue sur ce sujet ( et d’autres …). Un point de vue qui n’engage que son auteur, évidemment !


Coups de gueule et courte vue.

En compagnie du préfet, Bourquin déclare que la LGV Montpellier Perpignan se fera, contrairement  aux déclarations précédentes des « branquignols » parisiens. Le chargé de mission était même jusqu’à présent interdit de séjour en Languedoc Roussillon. Aurait-il commis un crime ou un délit ? Contre l’amour propre et l’égo démesuré du président du Conseil régional, sans doute.

Tout est donc changé, et la LGV se fera avant la date annoncée par cet indésirable qu’est devenu Jean Marc Ayrault . On va donc pouvoir claironner et reprendre les litanies de Frêche sur l’incompétence des élites parisiennes qu’il a dénoncé dans son inoubliable ouvrage intitulé « Trêve de bêtises », inoubliable pour ceux qui l’on lu.

C’est à l’incontournable sénateur R. Navarro que revient la palme des « grandes gueules ». Lors de l’assemblée du Conseil régional du 14 juin, ce dernier fait une déclaration de grande ambition mais à courte vue. « S’ils –ses ex amis socialistes qui l’on exclu- pouvaient gérer le pays comme nous gérons notre  région ». Ce serait une chance historique, car comme le déclare Bourquin : « Le Languedoc-Roussillon tel qu’il existe aujourd’hui garantit l’efficacité pour le territoire et ses habitants et je suis totalement confiant sur son avenir ».La France n’a pas la chance d’avoir des hommes de cette qualité.

Simulons le quand même, avec autant de mauvaise foi que ne le font les édiles régionaux ! Ils pratiquent la méthode Coué en redisant inlassablement que la région est la plus attirante de France (vrai qu’en pourcentage!), la plus innovante, la plus créatrice d’emplois et d’entreprises (il faudrait parler de leur durée de vie) , celle où l’on a inventé l’ordinateur pour les lycéens (toutes les régions françaises ont établi la gratuité du matériel scolaire), le TER à un euro (pour tous, pour toute la région ?). C’est  « un laboratoire où se  mène et réussit toute une série d’innovations… » . On n’est plus très loin de la Silicon Vallée ou de la Floride.

La face arrière de l’image, celle que l’on cache, c’est le chômage, la précarité, la cherté de la vie, la pauvreté, l’insécurité pour lesquelles nous sommes les pires en métropole… sauf la Corse. Si c’est ce que l’on veut pour la France, il est heureux que Frêche ne soit jamais sorti de son rôle régional. Quand à ses successeurs – enfin ceux qu’il a laissé survivre – j’ai écrit dès 2010 qu’ils risquaient de manquer de souffle. Par contre, ils ne manquent pas d’air. Aurions-nous à faire au conseil régional le plus bête de France (allusion à la célèbre formule de Guy Mollet à propos de la droite) ?

En réalité, l’avancée de la LGV se fait surtout parce que l’Europe a décidé d’y investir avec 5 autres couloirs européens, et là, nous sommes en position favorable en attendant le couloir par l’Ouest des Pyrénées. Le gouvernement a donc fait volte face… mais çà devient une habitude.

Dans les conditions actuelles, cette jonction prévue avec 5 gares TGV, chacun la sienne, sans aucune hiérarchie entre elles ne peut qu’accentuer la vocation ancienne de couloir méditerranéen qui risque bien de subir encore plus « l’effet tunnel ». Il y aurait une solution que je préconise en vain, depuis longtemps. Un grand hub unique LGV, autoroute, avion pour le LR, hub relié par un réseau cadencé bien coordonné entre les autres villes. Cela voudrait dire que les communautés d’agglomération et de communes  soient capables de réfléchir au-delà de leur pré carré, ce que Philippe Saurel et Yvan Lachaud semblent avoir compris au-delà de l’affichage purement superficiel et médiatique de l’accord Frêche/ Bousquet des années 1990 qui n’avait guère servi qu’à acheter dans une des villes des billets pour les spectacles de l’autre.

La gare TGV du quartier d’OZ en consultation avec Manduel ? On progresse. Lentement, certes, mais on est dans la bonne direction.

Mieux vaudrait moins de coups de gueule et plus de visions raisonnables  pour une réalité qui n’est plus celle des années 2000. La région dispose – t-elle des responsables, hommes ou femmes, de ce niveau ? Bourquin se fait régulièrement contrer par Malvy. Après le recadrage régional vient le récent coup de Trèbes du 22 juin de Valls. Il est vrai que certains, comme Philippe Palat dans la livraison du Midi Libre du 22 juin, appuient cette vision ridicule : « …et ce président de la République qui veut obstinément  rayer le LR de la carte de France en diluant son énergie ensoleillée dans les parcelles de maïs boueuses et grises de Midi Pyrénées ». La ligne bleue des Vosges, c’est pour certains le seuil du Lauragais. Et encore, il n’est pas avéré que leur courte vue aille jusque là.


NB : Georges Roques est un ami. Géographe reconnu, nous avons conduit ensemble un certain nombre de travaux, dans les années 90 quand il exerçait son métier à la Maison de la Géographie de Montpellier et que je faisais le mien en tant que DGA à la Région Languedoc-Roussillon . Sur deux chantiers notamment : l’Atlas Régional et l’animation des groupes d’experts de “Stratégie 2000” – Cela précisé afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur la nature réelle de nos relations.

Toujours actif, il a récemment publié “Paradoxes en Languedoc-Roussillon. Une région surfaite ?” (Éd. Cairn, Pau, 2010) et prend la plume aussi dans la presse régionale pour donner son point de vue sur l’actualité du Languedoc-Roussillon.

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques…

L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques

          L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques — au mieux les trois à la fois — pour persévérer dans son [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

      Jeudi dernier, notre Alphonse, qui se présente modestement, à lui tout seul, sous l'étiquette "Je suis Narbonne", nous invitait à trinquer "en toute convivialité" dans [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio