Contre-Regards

par Michel SANTO

Gérard Calvet était un peintre du bonheur ! Il vient de nous quitter…

Gérard Calvet. Collection privée.

 

C’est avec un étonnement douloureux que j’ai appris le décès de Gérard Calvet, un peintre de mes amis , – malgré notre grande différence d’âge. Son sourire, son regard malicieux vont nous manquer ! Il était né en 1926 à Conilhac-Corbières dans l’Aude ; et après des études secondaires au Lycée de Carcassonne, il est « monté » à Paris, en 1945, pour entrer à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Eugène Narbonne où il fut  particulièrement impressionné par l’art vigoureux et incisif de Bernard Buffet.

Guy Sié, le maire de Fleury d’Aude, attend-t-il son César ?!

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : « Guy Sié, le maire de Fleury d’Aude, attend-t-il son César ?! »

 
   

Voir le billet en référence en cliquant sur (ici) !

 
 

Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponibles en cliquant sur Denis Carrière, en rouge, en haut et à gauche.

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

 

Projet Areva-Malvésy : la mairie organise une réunion. Pour quelles véritables raisons ?


Je lis dans l’Indépendant de ce matin que la réunion extraordinaire, et publique, voulue par le maire de Narbonne, sur le projet de construction de l’unité de traitement des nitrates (TDN) d’Areva-Malvésy, le 6avril, à 18h30, dans la salle des Synodes du Palais des Archevêques, se tiendrait en présence des élus de la Ville de Narbonne, des représentants des associations RUBRESUS et ECCLA, et des responsables de l’entreprise Areva. J’avoue que, sur le coup, j’ai sursauté, tant la  participation annoncée du directeur de cette usine à cette réunion me paraît hautement improbable.

Carole Delga, à Montpellier, au meeting d’Hamon, fait le procès de Valls !


Carole Delga, dans le feu du meeting de Benoît Hamon, à Montpellier, a prononcé ses paroles : « Ne comptez pas sur moi pour trahir le parti et casser la maison. Soyons fidèle au vote de la primaire et à l’expression du vote du peuple de gauche. » Manuel Valls, qu’elle soutenait pourtant lors des primaires, et à qui elle doit beaucoup, a dû apprécier à sa juste valeur cette   petite trahison personnelle. Il est vrai que la majorité des socialistes de sa région est « hamoniste », et qu’à moins d’aller au casse-pipe elle pouvait difficilement faire l’impasse sur la dernière sortie de son ancien patron, – quand elle était secrétaire d’État dans son gouvernement.

Les raisons du choix de Valls méritent mieux que de vaines insultes !

Illustration : Manuel Valls, Premier ministre de mars 2014 à décembre 2016, à l’Assemblée nationale en décembre 2015. Photo : afp.com / Dominique Faget.


À l’inverse des commentaires à usage tactique des soutiens d’Hamon et du cercle des frondeurs autour de lui réunis, la position de Valls et son choix de voter au premier tour pour le candidat d’En Marche, me semble la seule voie capable de sauver ce qui restera du PS aux législatives, et après. Je m’explique ! Et d’abord évacuons ce que l’on lui fait dire, et qu’il n’a pas dit.