Contre-Regards

par Michel SANTO

Entre les murs de la lutte des classes.






A propos du fim  Entre les murs dont on nous bombarde les oreilles depuis ce matin sur France culture, M. Chevènement, nous dit qu’il est d’une ” inspiration (pédagogiste) qui a conduit l’école là où elle est aujourd’hui “. Jugement que le grand théoricien et propagandiste militant Philippe Mérieu conteste tout en précisant, dans l’Express, qu’à l’inverse de celle montrée dans le film: “Une pédagogie de gauche donne la parole aux élèves et préconise de se mettre à leur portée et non à leur niveau ” Oui, vous avez bien lu ! Et comme le ridicule ne tue plus et la bêtise prospère, il rajoute un petit zeste de lutte des classes :”Pour moi la gauche parie sur l’éducabilité des élèves alors que la droite à tendance à traiter l’échec par l’exclusion.” Ce que confirme, pour ce qui concerne le ridicule et la bêtise, un de ses anciens élèves, dans le Monde, un nommé Sébastien Ledoux, enseignant au collège Jean-Vilar de Grigny – la Grande Borne (Essonne) et précise-t-il, chercheur associé à l’Institut national de recherche pédagogique ( on s’en serait douté ) : ” son succès ( du film ) relève une fois de plus de la bonne conscience française face aux problèmes de ségrégations ethnico-sociales qui minent le sentiment d’appartenance collective.” Bref, ce film d’inspiration pédagogiste de droite dédouanerait l’Etat en masquant sa politique d’apartheid et d’exclusion. Je n’ai pas vu  cet Entre les murs et m’abstiens donc de tout jugement sur le travail de Laurent Cantet. Travail qui, quoiqu’il en soit de sa valeur esthétique, n’a visiblement pas fini d’offrir à certains l’occasion de pousser les murs de l’école entre le zéro de la démagogie pédagogiste et l’infini de la surenchère politicienne.

.


Le prix de la liberté.

Après la mort de 10 soldats français tués dans une embuscade des talibans , Pierre Moscovici, qui affirme n’être pas pacifiste, s’interroge néanmoins sur l’engagement de la France aux côtés des États-Unis en Afghanistan. Il faut, nous dit-il martialement, “revoir la stratégie française “. Mais, tient-il à préciser, “Sans mettre en cause l’engagement des troupes françaises, car il ne faut pas céder aux talibans”… Troupes françaises qui, soit dit en passant avaient été dépêchées dans ce pays, dès 2001, sous le gouvernement socialiste de Lionel Jospin.Que conclure de ce noeud de contradictions sinon que nos soldats devraient rester à Kaboul enfermés dans des casernes à tirer des “patiences” ou à former des soldats afghans ( ce qu’ils font déjà…) tout en réservant aux américains le soin de ” faire le sale boulot. J’allais écrire:comme d’habitude…Comme d’habitude ce même mélange d’hypocrisie anti-américaine, de bonne conscience satisfaite et de cynisme politique. Cette façon, si française, à gauche et aussi chez une certaine droite, de se placer aux avants-postes du combat pour la liberté et d’en faire payer le prix aux autres…Avec, en prime, un mitraillage idéologique sans retenue. A l’aveugle…

Cinq cent millions de chinois et moi et moi…

Le dalaï-lama se trouve depuis lundi en France pour une visite de douze jours présentée comme d’ordre «spirituel» à l’occasion de laquelle il multiplie les rencontres d’un ordre, lui, parfaitement politique. Faux cul en diable, il distrait nos médias et attire nos politiciens, comme la crécelle le moine et la démagogie Ségolène : «Dès la semaine prochaine je vais demander un visa pour me rendre au Tibet, je crois que les choses pourront ainsi bouger». Et la face du toit du monde ainsi changer.Cocorico!!!

Mélanchon”pète les plombs”.

 
Pétage de plomb de Mélanchon, pour qui Soljenitsyne “appartient à la vieille tradition russe, homophobe, limite antisémite, très marquée par l’ancien temps féodal qu’il admirait beaucoup”. Les mêmes mots, ou presque, que ceux prononcés par Andropov, alors patron du KGB, pour déconsidérer celui qu’il venait d’expulser d’URSS. Comme si la dénonciation de l’univers du goulag ne pouvait l’être que par des gens de gauche et des communistes en particulier. Alors que l’histoire contemporaine retiendra plutôt les noms du grand écrivain russe, celui de Walesa et de Jean Paul II, notamment. De droites?Je n’en sais rien et ne veut pas le savoir. Antitotalitaires et rebelles à une société de casernement, ils le furent et cela me suffit. Prisonnier de sa culture marxiste et de son tropisme trostkyste, notre sénateur socialiste ne supporte pas de voir le vieux monde de ses idées s’écrouler. Et sa rage lui fait écrire dans son blog ces propos ignomineux: Je dis que le départ de Soljenitsyne ne manquera pas à la pensée de notre temps. Soljenitsyne était une baderne passéiste absurde et pontifiante, machiste, homophobe, et confis en bigoteries nostalgiques de la grande Russie féodale et croyante. Je n’oublie pas. Je ne pardonne pas.C’était un perroquet utile de la propagande «occidentale». Utile car au contraire de tous ceux qui avaient dénoncé avant lui le goulag et les camps staliniens, Soljenitsyne était une voix de droite parmi les plus réactionnaire. Les textes de Christian Rakovski et combien d’autres (oserais je mentionner Léon Trotski ?) ne reçurent ni prix Nobel, ni grasses subventions, ni hébergement fastueux, ni aucun des colifichets dorés dont Soljenitsyne fut gorgé comme une bête de commémorations anti progressiste mise à l’engrais Pour ce qui concerne les honneurs et les ors du pouvoir, Mélanchon, qui est de gauche et sans retenue, n’a vraiment pas de leçons ( !!! ) de colifichets, de résidences et de protections à donner à Soljenitsyne, qui serait de droite. L’ Archipel du Goulag n’est pas le Sénat et Jean Luc ( le petit ) ne sera jamais Alexandre. Sectaire et vieux jeu, tout juste une jeune baderne confite en bigoteries nostalgiques de la grande ” révolution prolétarienne et permanente… “

Articles récents

Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio