Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Raisons, impact économique et craintes d’un amateur de sport de glisse en Narbonnaise…

kai-lenny-700x425

Le 16 mars, je mettais en ligne un billet intitulé: « De la « Glisse » naîtrait une « Californie » languedocienne?! » Un billet dans lequel je posais quelques questions après que les deux CCI de Béziers et Narbonne, ainsi que l’Agglo du Grand Narbonne, aient planché sur le thème du vent comme source de valeur, de profits et d’emplois. Je reçois, aujourd’hui même, un commentaire très argumenté d’un pratiquant de sport de glisse, en réaction à mon article, dans lequel il explique les raisons pour lesquelles il fréquente depuis des années nos plages, son impact économique et ses craintes pour l’avenir. Une contribution à un débat qui m’a semblé devoir être portée à la connaissance de mes lecteurs, et des maires et président d’exécutifs locaux qui me suivent, notamment sur ces questions d’économie locale et touristique.

Le chômage en France: un choix de société!

imgres-1

6.327.700 personnes sont inscrites dans les différentes catégories que recense Pôle emploi en métropole ou dans l’outre-mer, soit 21 % de plus que lors de l’arrivée de François Hollande au pouvoir. La responsabilité du Président est ici accablante, comme celle de tous ceux qui l’ont précédé. Mais aussi celle, plus généralement, des français, qui restent attachés à un système qui fait du salariat un luxe, notamment en raison du poids des charges sociales. En cela, le chômage est un choix de société bâti sur des systèmes sociaux privilégiant un salaire minimum relativement élevé et des charges pesantes conçus durant les décennies de forte croissance. Ils se retournent aujourd’hui contre les intérêts des salariés les plus modestes comme ceux des classes moyennes. Moins de petits boulots mal payés,  plus de chômeurs de longue durée et plus d’impôts et de la dette pour financer des emplois aidés et administratifs ainsi que des allègements de charges pour les emplois peu qualifiés…  Disons le clairement : un consensus liant les pouvoirs politiques et syndicaux aux français de manière générale. Alors que sous l’effet de la mondialisation et du progrès technologique, les entreprises sont poussées à un arbitrage tragique. Résultat: la machine remplace le salarié, le produit importé chasse le produit fabriqué en France, et la courbe du chômage ne cesse de monter.

À droite comme à gauche, la bataille des valeurs est lancée…

Alors que François Hollande place « l’égalité » au centre de son action d’ici à 2017, Nicolas Sarkozy met en avant « l’autorité ».

François Hollande est convaincu que l’élection présidentielle de 2017 se jouera sur les valeurs portées par les candidats. Pour tenter de répondre à cette question, le chef de l’État a placé l’égalité au cœur des deux prochaines années de son quinquennat. « La République, c’est une promesse d’égalité », a-t-il rappelé le 19 mai 2015, à Carcassonne.

Héritage de la Révolution française, l’égalité sociale est aux sources du socialisme. Mais entre la promesse républicaine et sa traduction, il y a une réalité cruelle : les inégalités de revenus ont atteint « un point critique » dans les pays de l’OCDE et « considérablement augmenté en France » entre 2007 et 2011, analyse un rapport publié à la mi-mai 2015.Dans un entretien au magazine GQ de juin, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, a d’ailleurs défini « de manière générale » la droite comme « une forme d’indifférence ou d’acceptation voire de légitimation des inégalités ».

DES DÉFINITIONS DIFFÉRENTES DE L’ÉGALITÉ

En réalité, droite et gauche ne donnent pas historiquement la même définition à l’égalité. Quand la droite libérale met en avant l’égalité des droits et des chances au départ, la gauche socialiste définit l’égalité comme la redistribution qui permet de gommer à l’arrivée les inégalités matérielles de revenus et de patrimoine.Le « tournant de la rigueur » de 1983 a pourtant rallié le PS au libéralisme économique. Dans le contexte du marché unique européen, la mise en concurrence des systèmes fiscaux et sociaux a en effet remis en cause l’État providence redistributif. De sociale, l’égalité est devenue de plus en plus sociétale.> A (re) lire  : La tension monte au PS avant son congrèsIl ne s’agit plus de s’adresser en priorité à la classe ouvrière, mais à des catégories comme les femmes (lois sur la parité en politique en 2000, puis « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes » en 2014), les homosexuels (mariage pour tous en 2013) ou aux immigrés, avec la promesse, jamais tenue, du droit de vote pour tous les étrangers aux élections locales.

LES LIMITES DE LA REDISTRIBUTION

François Hollande est allé jusqu’à reconnaître des « ratés qui s’appellent régression sociale, échec scolaire, discriminations, quartiers fermés sur eux-mêmes, abandon d’un certain nombre d’espaces ruraux ». À Carcassonne, il a rappelé les engagements de son discours de campagne du Bourget en affirmant que « le temps d’une forme de redistribution était venu » à travers la baisse, à la rentrée, de l’impôt pour les bas revenus et la perspective de l’instauration progressive du prélèvement à la source.

Mais la redistribution a ses limites. Le PS tente donc de trouver de nouveaux outils. « Alors que la redistribution se contente de revenir a posteriori sur les inégalités », Manuel Valls a expliqué dans une allocution sur l’égalité, en décembre 2014, qu’il s’agissait dorénavant d’intervenir a priori, de « prévenir les inégalités » dans les domaines de l’éducation, de la formation professionnelle, de la santé ou du logement.

Dès 2004, dans une note de la Fondation Jean-Jaurès, Dominique Strauss-Kahn avait théorisé un « nouveau socialisme de l’émancipation » qui « suppose une évolution sensible de la pensée socialiste : passer de la compensation en aval des inégalités – la logique de l’État providence – à une logique de correction en amont ». Conformément aux travaux du philosophe américain John Rawls, il s’agit de remplacer l’égalité traditionnelle par l’équité, qui, via des inégalités (discrimination positive), permet en fait de parvenir à une « égalité réelle des chances ».

L’AUTORITÉ, UNE CERTAINE IDÉE DE LA RÉPUBLIQUE

À droite, c’est la nouvelle dénomination de l’UMP, Les Républicains, qui interroge bien entendu sur les valeurs. « Les Républicains, c’est vous. Vous qui croyez dans l’autorité, le progrès, le travail, la responsabilité, le mérite, la liberté », énumère Nicolas Sarkozy dans une lettre aux adhérents de l’UMP.

« La République suppose des valeurs fondamentales pour l’identité de la France : l’autorité de l’État, du juge, du policier et du professeur », détaille le secrétaire général Laurent Wauquiez. D’autres valeurs sont citées par les ténors de l’UMP (effort, laïcité, liberté, mérite, travail, responsabilité, unité), mais c’est de plus en plus souvent l’autorité qui l’est en premier.

La notion d’autorité renvoie à une certaine idée de la République. Sous la IIIe  République, qui disait républicain disait défense de la prépondérance du Parlement et opposition à tout risque de dérive césarienne. Or, le gaullisme va opérer ce que Serge Berstein qualifie dans son ouvrage sur Les Cultures politiques en France de « synthèse originale de démocratie plébiscitaire, de nationalisme et de culture républicaine », avec désormais une prépondérance de l’exécutif et l’élection directe du chef de l’État.

« Contrairement au dogme antérieur qui proclamait l’incompatibilité entre la République et un pouvoir fort, le gaullisme prouve que l’un et l’autre peuvent se concilier sans porter atteinte à l’État de droit et à la liberté du citoyen », poursuit l’historien.

L’APPEL AU RÉFÉRENDUM DE NICOLAS SARKOZY

C’est dans la tradition bonapartiste de l’appel au peuple que Nicolas Sarkozy s’en était pris, lors de sa dernière campagne présidentielle, aux corps intermédiaires, situés entre l’individu et l’État. « Si les corps intermédiaires empêchent la réforme, bloquent le débat, alors je passerai par-dessus les corps intermédiaires et je m’adresserai à vous par le référendum », avait-il promis.

Une idée qu’il a reprise en septembre 2014, à son retour dans la vie politique active : « La question que se posent les gens, c’est : qu’est-ce qui nous donne la garantie que vous allez tenir ce que vous dites ? Je crois qu’il est temps de réintroduire le référendum. Le référendum, c’est la clé. »

L’historien Max Gallo inscrit Nicolas Sarkozy « dans la lignée des républicains d’autorité » à l’exemple de Georges Mandel, dont le président de l’UMP fut justement l’auteur d’une biographie. « La République, c’est l’autorité, ce n’est pas le laxisme », expose ainsi celui qui veut « en finir avec l’héritage de Mai 68 » depuis sa campagne présidentielle de 2007. Son parti a même consacré il y a deux ans toute une convention au thème de l’autorité.

Selon une récente enquête (1), 88 % des Français estiment que « l’autorité est une valeur qui est trop souvent critiquée aujourd’hui » et 85 % qu’« on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre ». Une réponse qui frôle les 100 % chez les sympathisants UMP et FN, et qui progresse de 16 points en un an chez les sympathisants PS !

Il est vrai qu’avec la nomination de Manuel Valls Place Beauvau, en se référant à son prédécesseur Georges Clemenceau, puis à Matignon, la gauche n’entend plus laisser à la droite le monopole de la défense de l’ordre et de l’autorité de l’État.

LAURENT DE BOISSIEU ET CORINNE LAURENT

Source : À droite comme à gauche, la bataille des valeurs est lancée | La-Croix.com – France

Chronique de Narbonne et d’ailleurs. Plages du littoral: stationnement et parkings payants?

plage-vieille-nouvelle-port-la-nouvelle-11-3

Le temps est à tous les plaisirs et ce journaliste de Midi Libre en a profité. Il se demande en effet s’il est encore possible de jouir de nos plages sans entrave. Et de s’interroger sur les langues de sable du littoral montpelliérain: « seront-elles éternellement offertes au plaisir des citadins ? » Des langues qui, au Petit-Travers, ne sont pas que de sable, il est vrai, pour des ébats où se prennent aussi des « pieds ». Hors d’eau! Cela dit en passant, pour aller , si je puis dire, droit au but. La fréquentation y est en constante augmentation, et leur entretien – des plages et des langues – une charge de plus en plus lourde pour les communes. Question: qui doit en payer « l’usage », les seuls contribuables des communes concernées ou l’ensemble de ses « consommateurs »? Car contrairement à une idée reçue, la « nature » à un coût et son usage un prix. Rien donc de scandaleux à se poser la question, et, conséquemment, d’envisager de faire payer les parkings de proximité des plages du littoral audois. Comme au Petit-Travers à partir du mois de juillet…

Le prodige de l’Europe | Le Blog de Nathalie MP

  

Voilà un texte dont je ne partage ni tous les postulats, ni toutes les conclusions mais qui me semble utile à la réflexion sur un sujet devenu aujourd’hui passionnel…

… En 1992, j’avais lu le petit livre de Philippe Séguin contre le traité de Maastricht et à bien des égards je l’avais trouvé intéressant, en particulier sur l’apparition inutile d’une Europe des régions, en concurrence les unes avec les autres au sein d’une même nation. Mais s’il est de bon ton de louer la pensée visionnaire de Philippe Séguin ainsi que sa parfaite connaissance de l’Histoire de France, je n’adhère pas à sa vision des périls que l’intégration européenne ferait courir aux peuples d’Europe. 1. Je ne crois pas du tout que les ambitions nationales ne soient pour rien dans le déclenchement des guerres.

2. Je ne crois pas du tout que l’Europe et sa monnaie unique ait apporté le chômage de masse, le blocage de l’investissement et l’ajustement à la baisse de notre système de protection sociale.

A propos du point 1, Jean-David Sichel (inconnu de moi, mais je me base sur son texte) nous rappelle les préventions de Philippe Seguin contre une Europe de type fédéral dans un article assez récent du Figaro Vox :« On nous presse de nous souvenir des conflits qui ont ensanglanté notre continent. » A ces arguments rabâchés, Philippe Séguin répond par des analyses historiques et philosophiques bien senties : « Force est de reconnaître que dans notre siècle, plus de malheurs nous sont venus des grandes idéologies et des impérialismes dominateurs que des ambitions nationales. »

« Arguments rabâchés », voilà comment M. Sichel caractérise la recherche de la paix en Europe. Eh bien, tant pis si c’est mièvre, mais pour moi, ça compte. Quant aux propos de Philippe Séguin, rappelons qu’ils étaient tenus en 1992, moment de notre histoire particulièrement immobile sur le plan des nations comme sur le plan des religions. L’URSS venait tout juste de s’effondrer, la guerre au sein de l’ex-Yougoslavie ne faisait que commencer et l’islamisme ne s’était pas encore vraiment manifesté dans nos vies d’Européens. La République islamique instaurée en Iran en 1979 était bien loin de nous.

Pas étonnant dès lors que ce sujet soit jugé inexistant voire trivial par certains hommes politiques de l’époque. Bien à tort, car depuis la guerre en Yougoslavie, les conflits s’enchaînent à nos frontières européennes et le nationalisme y a plus de part que les grandes idéologies dominatrices. Bien à tort, car depuis Richelieu, toute l’Histoire de l’Europe est celle d’Etats Nations qui poussent impitoyablement leur intérêt national.Sur le point 2, un autre auteur, dans un article des Echos datant de 2012 cette fois, vante la clairvoyance de Philippe Seguin qui s’inquiétait du projet de « monnaie unique sans souverain » :« Traité qui prévoit le respect de normes budgétaires tellement contraignantes qu’elles imposeront à un gouvernement confronté à une récession d’augmenter les taux d’imposition, pour compenser la baisse des recettes fiscales, et maintenir à tout prix le déficit budgétaire à moins de trois pour cent de PIB. »

C’est là que j’ai envie de parler de contre-argument « rabâché » : l’horreur économique des 3 %, l’horreur de la règle d’or, l’horreur d’une monnaie apparemment sans souverain ! Même avec souverain, frontière, nation, sceptre et couronne, les finances publiques ont toujours représenté un problème de déficit perpétuel. En France, il s’est parfois résolu par défaut souverain (et Voltaire dit qu’il y a laissé une belle ardoise) ou bien il a débouché assez directement sur la Révolution française.

Ce n’est pas l’intégration européenne et la monnaie unique qui déterminent les politiques de dépenses publiques des pays européens. Le poids de l’Etat est de fait assez varié dans le PIB de chacun des Etats membres. De plus, on a pu voir que les instances européennes se sont montrées plutôt conciliantes sur le respect du Pacte de stabilité à 3 % depuis la crise de 2008.

La France se donne maintenant jusqu’en 2017 pour y parvenir. Si la protection sociale doit être ajustée, notamment sur les retraites, c’est largement plus en raison de l’augmentation de la durée de vie que du fait de contraintes monétaires européennes. Bien sûr, quand je parle de « rapprochement » des pays d’Europe, je sais qu’il importe de définir ce que l’on entend par rapprochement. Et quand je dis que j’ai voté sans états d’âme pour le TCE de 2005, je n’oublie pas qu’en France il fut nettement rejeté (par près de 55 % des suffrages) et que sa ratification par voie parlementaire, annoncée pendant la campagne présidentielle de 2007, a laissé un goût amer à tous ses nombreux opposants.

Bien sûr, je ne suis pas béate au point de penser que tout va pour le mieux dans l’UE. Beaucoup de politiques me chagrinent, à commencer par le quantitative easing (forme moderne et compliquée de la planche à billets) décidé en début d’année. Beaucoup de fonctionnements m’atterrent, je pense par exemple au coût de tous les interprètes et traducteurs (car tout doit être traduit dans toutes les langues des vingt-huit pays membres). Et je pense aussi à l’élargissement, qui s’est fait trop vite, trop loin, sur trop de non-dits.

C’est pourquoi il me semble que la promesse de campagne de David Cameron de soumettre à référendum l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE est une possible excellente occasion pour tous les Européens et tous les pays membres de réfléchir à nouveau au sens de l’Europe et à son fonctionnement. Réélu avec une majorité absolue au Parlement, le Premier ministre britannique n’a pas perdu de temps pour enclencher le processus auprès de ses citoyens. Par la voix de la reine Elisabeth II, il a annoncé ses projets mercredi. Je les trouve particulièrement « fair » et intelligents car il pose d’entrée qu’il considère avant tout l’ensemble de l’Union :

« Mon gouvernement renégociera la relation du Royaume-Uni avec l’UE, et poursuivra la réforme de l’UE dans l’intérêt de tous ses Etats membres. En parallèle, une législation sera introduite pour fournir un référendum sur l’appartenance à l’UE avant la fin 2017. »

Les britanniques devront donc répondre à la question : « Le Royaume-Uni doit-il demeurer un membre de l’Union européenne ? »  J’espère pour ma part qu’ils y répondront positivement car j’ai du mal à imaginer que l’UE puisse être complète sans l’apport des idées, des originalités et des idiosyncrasies d’Outre-Manche. J’espère que le débat qui ne manquera pas de prendre place en Europe sera au niveau de l’enjeu pour notre avenir. A mon sens, la vraie grande question du XXIè siècle pour nous autres Européens, ce n’est pas le changement climatique, c’est de savoir si l’Europe va rester soudée ou non. Une intégration européenne envisagée sereinement par tous ses citoyens est, je pense, la seule façon de nous affirmer face aux défis qui nous guettent : vieillissement de notre population, terrorisme islamiste, tectonique des plaques nationalistes plutôt houleuse du côté de la Russie, migrants en nombre à nos portes, monde multi-polaire et estimation de la population africaine à 4 milliards en 2100. Un repli nationaliste et étatique me paraît complètement impropre à apporter la moindre réponse à ces situations complexes.

Pour finir, en écho aux « panthéonisations » de mercredi, j’aimerais citer un petit extrait, le tout début et la toute fin, du discours prononcé par Pierre Brossolette le 18 juin 1943 à l’Albert Hall de Londres pour rendre « Hommage aux morts de la France combattante »  (merci à François Miclo qui l’a porté à ma connaissance) :

« L’Histoire de notre pays n’est qu’une suite de prodiges qui s’enchaînent : prodige de Jeanne d’Arc, prodige des soldats de l’an II, prodiges des héros de la Marne et de Verdun, voilà le passé de la France. (…) Ce qu’ils(= les morts de la France combattante) attendent de nous, ce n’est pas un regret, mais un serment. Ce n’est pas un sanglot, mais un élan. »

En 1943, Pierre Brossolette n’avait certes pas idée des développements européens qui suivraient la seconde guerre mondiale. Quand il dit que les morts de la France combattante attendent de nous un serment et un élan, il pensait certainement plus à la promesse de continuer le combat pour en sortir vainqueur face au nazisme. Mais il n’est pas interdit d’y lire aussi le désir d’une Europe sans conflit, unie et réconciliée. Dans une lignée de prodiges guerriers, il arrive parfois qu’on se trompe en prolongeant les courbes. Avec la construction européenne, voilà que nous tombons sur un point d’inflexion proprement prodigieux. Je ne crois pas exagérer en disant que c’est un exemple, unique dans l’Histoire, d’abandon de souveraineté librement consenti. Pour moi, ce n’est pas la malédiction de l’Europe, c’est le prodige de l’Europe.

Source : Le prodige de l’Europe | Le Blog de Nathalie MP

Articles récents

Trois notes d'humeur sur la "vie" narbonnaise – et d'ailleurs !

Trois notes d'humeur sur la "vie" narbonnaise – et d'ailleurs !

Rue du Pont des Marchands. Samedi matin, entre Halles et rue du Pont des Marchand. Le ciel est encore gris de hauts nuages. Un léger vent marin les pousse vers l'intérieur des terres. Au-dessus de [Lire la suite]
Jeux de "dames", à Narbonne, pour les prochaines municipales ?!

Jeux de "dames", à Narbonne, pour les prochaines municipales ?!

Les joueurs d'échec. Le Caravage. Dans le microcosme narbonnais, si les pièces principales du jeu politique des prochaines municipales sont en place, les conditions de son exercice ont profondément[Lire la suite]
Gazer ! Le mot et la chose, en jaune...

Gazer ! Le mot et la chose, en jaune...

Lundi matin aux Halles de Narbonne ! Accoudé à un bar, un de mes amis en compagnie de deux autres personnes. Très rapidement la conversation vire au Gilets Jaunes. Je reprends l'une d'entre el[Lire la suite]
Comment mieux lutter contre l'habitat indigne, dans la Narbonnaise… et ailleurs !

Comment mieux lutter contre l'habitat indigne, dans la Narbonnaise… et ailleurs !

J'ai reçu dans ma boîte de réception électronique ces photos. Ce sont celles d'un "appartement" de 13m2 avec une mezzanine… mais seulement accessible à genoux. Son loyer : 280€ ! L'installation élect[Lire la suite]
Le congrès des Gilets Jaunes des Pyrénées Orientales a tourné au vinaigre ...

Le congrès des Gilets Jaunes des Pyrénées Orientales a tourné au vinaigre ...

Plus de 500 sympathisants du mouvement des Gilets jaunes se sont rassemblés au centre culturel de Cabestany, dans les Pyrénées-Orientales. Un centre culturel (!) mis à [Lire la suite]
Médias, pourquoi tant de haine et de défiance !

Médias, pourquoi tant de haine et de défiance !

   Eugénie Bastié, comme de nombreux autres journalistes, s'interroge dans le Figaro du jour : "Médias, pourquoi tant de haine ?". Une haine allant jusqu'à l'agression physique dans les[Lire la suite]