Contre-Regards

par Michel SANTO

CCI de Carcassonne et de Narbonne, une fusion utile ?

Dans l’Indépendant du jeudi 26 octobre 2006, page 4 de l’édition de Carcassonne, dans l’article titré : « Fusion des deux chambres de commerce : le chantier est lancé.», Laurent Spanghero nous précise qu’elle est nécessaire « pour améliorer l’efficacité des entreprises. »

Examinons donc les arguments avancés par les promoteurs de ce projet. Et tout d’abord celui de «  l’efficacité » présenté par L. Spanghero. Franchement, j’ai beau examiner la proposition dans tous les sens, je ne vois pas comment…Depuis quand, en effet, seules, à deux ou à trois les CCI améliorent-elles l’efficacité des entreprises. En quoi, et avec quels moyens contribuent-elles à leurs efforts dans la recherche d’une meilleure productivité et de nouveaux marchés, par exemple. Laurent Spanghero le sait mieux que quiconque, le pouvoir des organismes consulaires dans ces domaines est quasi nul. Il relève principalement de l’Etat pour la réglementation du marché du travail et de la fiscalité, des Régions pour les aides aux entreprises et des intercommunalités pour, notamment, la création et l’aménagement des zones d’activités. Concédons lui, néanmoins, un certain rôle dans la formation : l’apprentissage et la formation continue…elle aussi sous contrôle régional ! Mais enfin, de là  en tirer argument pour une fusion… Non ! La vraie raison est ailleurs.

Serait-elle alors, comme le disait J. P Heurley, le Vice-président de la CCI de Narbonne, dans le même journal, mais dans l’édition de Narbonne, dans le désir de « faire exploser (sic) la frontière entre les deux parties du département. » Mais lesquelles ? Celles du climat, des paysages, des cultures et des « bassins économiques » ? Impossible, bien sur. Soyons sérieux et demandons nous plutôt ce qu’il y a de commun, en effet, par exemple, entre les économies de la  Haute Vallée de L’Aude, du Lauragais, du Carcassonnais… et de la Narbonnaise ? Et quelles seraient les interactions à promouvoir entre Narbonne, Limoux et Castelnaudary ? La réponse est évidemment dans la question et ne mérite pas de plus amples développements. Les producteurs, les distributeurs de biens et de services, comme les consommateurs  du bassin d’emploi de Narbonne,  savent que ce bassin est structuré et animé par une dynamique littorale. Dynamique qui le place en situation de « coopération » avec le Biterrois sur l’axe qui le relie à Perpignan, et au-delà…

Serait-elle, peut-être, rendu nécessaire parce qu’elle anticiperait un regroupement voulu par l’Etat ? La réponse pour le moment est négative. Seules les CCI de moins de 3000 ressortissants  sont en effet concernées…pour la fin 2009…

Cette fusion se justifierait-elle, enfin, par le souci de mieux défendre les «  intérêts » des entreprises en regroupant les moyens consulaires au niveau départemental ? Pour mieux négocier aides et subventions alors que la compétence économique et les moyens financiers sont à la Région et dans les communautés d’agglomération? Je ne vois pas comment. Un seul président, d’une seule chambre de l’Aude, serait donc  plus fort que le président de la CCI de Narbonne  pour faire valoir  les « intérêts » des entreprises et du territoire de la Narbonnaise, par exemple, auprès de la Région, de la CAN et d’autres ? La question se posant de la même manière pour Carcassonne…Qui peut le croire ? En tout cas qu’on m’en fasse la démonstration. Et considérons, pour le moment, que la seule justification de cette fusion est qu’elle n’en a aucune…A l’exception du profit symbolique qu’en tirerait les élus du moment, et …Carcassonne du fait de son statut de préfecture.

Cela dit, pour conclure cette rapide analyse, si on se place dans une tout autre perspective, celle des territoires et de leur dynamique, le risque est grand pour la Narbonnaise, dans cette affaire, de se voir couper de son axe de développement associant le Biterrois et le Perpignanais. Il est vrai que la nouvelle direction de la CCI de Béziers a freiné le processus de rapprochement avec celle de Narbonne. Fallait-il pour autant  « couper le ponts » aussi vite et se lancer à toute vitesse dans un processus de fusion avec Carcassonne? Je ne le pense pas. Il y va de l’intérêt stratégique de la Narbonnaise, en effet, que de continuer à travailler en priorité, patiemment et continûment, à la promotion du Triangle d’Oc. Même si l’effet réel de l’action des CCI sur les territoires et leur structuration est négligeable, l’impact symbolique de leurs initiatives est bien réel. En ce sens elles contribuent à la formation de l’idée que se font les entreprises et les habitants d’un territoire et de son avenir. Ce qui n’est pas rien !

On comprendra donc à la lecture de ses quelques lignes que je ne suis pas du tout convaincu par la pertinence du projet de fusion qui nous est proposé.

 

La mauvaise humeur de Patrick Nappez!

NarboPatrick Nappez est décidemment incorrigible. Michel Moynier s’inspire-t-il d’expériences de déplacements urbains alternatifs à la voiture individuelle réussies en Suède, que notre journaliste en déduit qu’il rechercherait une caution social-démocrate pour camoufler sa proximité politique avec l’U.M.P. Diantre !

Le vol des hirondelles

banniereC’était un matin du moi de juin. Je venais de quitter mon marchand de journaux de la rue du Pont et me dirigeais, plutôt content, vers la place de l’hôtel de ville. Mais, par malheur, je tombai, au sens propre comme au sens figuré, sur le nouvel occupant d’un magasin autrefois spécialisé dans la friandise. Et qui, sans l’habituelle transition météorologique narbonnaise, m’entreprît sur le dur métier de « commerçant de centre ville ». Blindé, je m’apprêtais à encaisser le lot habituel de critiques sur les conséquences néfastes de la piétonisation et du plan de déplacement urbain. L’esprit déjà ailleurs pour en sauvegarder le peu  de considération qui me reste encore envers cette pourtant fort honorable corporation. C’est son regard attristé dirigé vers le ciel qui m’a mis la puce à l’oreille. Les voitures et les piétons ne volant pas encore, je m’inquiétais qu’un pot de fleurs ne nous tombât sur le crâne. En  fait de fleurs, c’est de la fiente des hirondelles dont se désolait notre commerçant. Elles souillaient son auvent de toile récemment installé. Et de me demander tout de go si la mairie  ne pouvait pas faire quelque chose? Abasourdi, je lui fis remarquer que c’était une espèce protégée ( les hirondelles, pas la mairie…), et qu’on ne pouvait pas en demander l’élimination. A sa tête de carpillon privé d’air, j’ai tout de suite compris que ma réponse ne l’avez pas convaincu. Je décidai donc de le planter devant sa boutique pour aller m’installer à la terrasse du « Petit Moka » en la compagnie ironique d’un ballet aérien mêlant joyeusement hirondelles et martinets . Un moment de pur bonheur…

 

                               

Du courage en politique.

imageArticle publié dans l’Indépendant du 11 août 2006

Michel Py exprime son amertume dans l’Indépendant du 2O juillet. Comme je le comprends! Après le refus de la communauté des communes Corbières en Méditerranée de fusionner avec la communauté d’agglomération de la Narbonnaise, il va devoir en effet cohabiter avec des élus, pendant je ne sais combien d’années encore, au sein d’une structure dont les réalisations ne sautent pas aux yeux des observateurs attentifs de la vie politique audoise.

Avant tout conçue pour aménager et développer son territoire, cette communauté de communes n’a fait, en réalité, que reprendre les activités du syndicat intercommunal qui lui préexistait : la collecte des déchets et un peu de social. Ne soyons pas trop injuste et notons tout de même à son actif la mise en place récente d’un schéma des transports et la création… d’un chenil ( !). Ce qui, chacun pourra aisément en convenir, ne peut-être considéré comme un investissement majeur préparant l’avenir de ce territoire…

Mais pouvait-il en être autrement ? Je ne le pense sincèrement  pas! Groupement de communes essentiellement défensif : la « peur », mêlée « d’envie », de Narbonne instrumentalisée par certains élus, et quasiment sans ressources : la taxe professionnelle est restée aux communes, et à Port La Nouvelle surtout, cette communauté de communes était forcément condamnée à l’inaction.  Sans moyens financiers à la hauteur de ses missions, sans compétences techniques et sans frontières claires sur ce qui relève, dans les compétences transférées, de l’intérêt communautaire, que pouvait elle faire, en effet !

Dans ce contexte, une majorité, gauche droite confondue, s’est finalement constituée pour sacrifier les vrais enjeux de cette fusion avec la C.A.N au « profit » de tout petits calculs politiques et personnels. Que cela puisse servir à de petites manœuvres électorales, on peut facilement en convenir. Mais certainement pas à l’intérêt des Corbières maritimes, en particulier, et à celui de la Narbonnaise, en général.

Quel est l’argument des opposants à la fusion. Et le seul argument d’ailleurs, puisque la pertinence du périmètre ne semble poser problème. Trop tôt… affirment-ils : « on verra en 2008 !» Ce qui veut dire en réalité 2009/2010, pour, à ce moment là, nous expliquer que «  les élections régionales approchant… il est encore trop tôt ! » Non, tout cela n’est pas très sérieux et ne peut masquer la séculière et tenace tentation du repli sur soi communal et cantonal de certains de nos élus locaux.

J’ajoute que cette position est d’autant plus intenable que les conditions juridiques et politiques de la fusion comme les compétences techniques disponibles à la communauté d’Agglomération de la Narbonnaise rendaient l’opération faisable d’ici la fin de l’année. Ce qui lui donnait un an et demi de gestion avant les prochaines municipales. Pas de quoi donc perturber les conditions du jeu électoral municipal en 2008…

Pendant ce temps nos voisins de Perpignan et de Béziers, eux, consolident voire développent leur compétitivité institutionnelle. Chacune des deux agglomérations pèse dorénavant 100 000 habitants avec des territoires qui leur ont permis d’obtenir des gains fiscaux et organisationnels que nous aurions pu égaler par la fusion de la C.A.N et de la communauté de communes Corbières en Méditerranée. Dans cette affaire, en effet, c’est l’ensemble de la Narbonnaise qui se trouve affaiblie. Et au plus mauvais moment !

Plus mauvais moment, car, dans les mois qui viennent, va se négocier le prochain contrat Etat-Région 2007-2013.Que sera le poids de Corbières en Méditerranée dans ce débat face à l’Etat, la Région et le Département? La réponse est évidente, comme est évidente la force qu’aurait représenté une seule intercommunalité de la Narbonnaise de 100 000 habitants environ avec sa dynamique démographique et économique, ses entreprises et ses infrastructures. Rassemblant le tiers des habitants de l’Aude, l’ensemble des communes du littoral audois, et dotée d’une économie de loin la plus dynamique de ce département, nous aurions tout simplement assisté à la naissance de la première force départementale.

Non pas une force pour s’opposer, mais une force pour organiser, négocier et investir dans une relation contractuelle plus équilibrée avec notamment la Région et le Département.

Prenons un seul exemple, celui du port de Port la Nouvelle. Qui peut, sans craindre le ridicule, affirmer que la communauté de communes Corbières en Méditerranée est à même de négocier avec G. Frêche, l’Europe et l’Etat les investissements nécessaires à l’avenir de ce port ? De quelles contreparties dispose-t-elle ? Sans être le secret des dieux, je suis pour ma part convaincu que le Président de la Région aurait préféré un interlocuteur institutionnel plus solide. Je profite ici de l’occasion pour ouvrir une petite parenthèse et signaler que, dans la même logique et pour les mêmes raisons, je regrette que le projet de Communauté urbaine associant Montpellier et Sète n’ait pu aboutir… Mais là n’est pas mon propos, j’y reviendrai à l’occasion.

La question qu’on peut dès lors se poser est celle de savoir si les élus à l’origine de cet échec avaient pris la mesure des véritables enjeux de ce projet de fusion ? Par charité j’aurais tendance à en douter, mais la raison me conduit hélas à penser le contraire. C’est un rendez-vous avec l’histoire de notre région qui a été délibérément manqué. Un rendez-vous aussi avec l’esprit de volonté et de responsabilité… Celui qui place l’intérêt général au dessus des querelles de personnes ou de partis.

 

 

 

 

 

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

        Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite[Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]