Moments d’humanité sur la promenade des Barques…

       

     

Le matin, quand le vent s’est éteint dans la nuit et qu’un ciel uniment bleu couvre la ville au midi, j’aime m’asseoir sur un banc de la promenade des Barques. Je choisis toujours celui qui m’offre la vue la plus large possible sur le quartier de Bourg – celui de mon enfance. Il se prête idéalement à de paresseuses pensées ; j’y suis aussi aux premières loges pour regarder les passants et observer toute la variété humaine que présente une petite ville de province comme la mienne.

Que disent de notre rapport au monde ces nouveaux bénitiers à pompe…

 
 
 
 
 
 
 
J’ai lu, dans l’édition dominicale du quotidien l’Indépendant, que le président de l’Association des Amis de Notre-Dame de Marceille – une basilique de la Haute-Vallée de l’Aude – avait installé un distributeur d’eau bénite, afin que les fidèles puissent se signer sans risquer d’être contaminé par la Covid 19 ; ce qui serait un comble pour cet antique rituel de purification des âmes et des corps.

Assise au bord de son petit lit, Émilienne pleure.

 
Émilienne et Manuel, son mari : sur ses genoux, Laurent…
   

Assise au bord de son petit lit, Émilienne pleure. Ses mains jointes sur ses genoux serrés, sa tête légèrement penchée et ses yeux remplis d’eau jusqu’au bord, elle me fait penser à une petite fille qu’on vient de réprimander. Tous les soirs, à la même heure, Émilienne est ainsi : une petite valise à plat sur le côté, elle attend celui ou celle qui viendra la chercher pour l’emmener « dans sa maison ».

La rupture de confiance entre les élus du Grand Narbonne et la direction du Théâtre Scène Nationale sera-t-elle annoncée ?

       

     

Le Théâtre-Cinéma – Scène Nationale – du Grand Narbonne a enfin ouvert ses portes au public, tandis qu’en coulisse était demandé à sa directrice de prendre le chemin de la sortie. Un souhait qu’elle a pu entendre de vive voix, celle du président du Grand Narbonne, qui se serait exprimé au nom d’une majorité de conseillers communautaires qui lui reprocheraient un budget et des subventions du Grand Narbonne inflationnistes, une faible fréquentation, une programmation qui ne tiendrait pas compte de la demande locale, une coupure de nature élitiste avec les acteurs culturels locaux et les élus etc.

Articles récents