Contre-Regards

par Michel SANTO

Un cheval au fond d’un puits.

 

 

 

Ce fait divers rapporté par le Midi Libre : ” Hier, en fin de matinée, les pompiers de Puisserguier et de Béziers sont intervenus à Puisserguier pour porter secours à un cheval qui avait disparu de son pré. L’animal venait d’être retrouvé par son propriétaire dans un puits profond de 8 m et entouré d’un muret. Les sapeurs pompiers ont alors mis en oeuvre des moyens considérables pour venir en aide à la bête qui attendait au fond de son trou.Un vétérinaire convoqué sur place a pu suivre les opérations de sauvetage. Une opération délicate qui s’est terminée quand l’animal a été sorti du puits dans lequel il avait passé plusieurs heures à l’aide d’un tractopelle.Une parabole sur notre temps

A Lise et Henri Barthe.

     

Lise Barthe nous a quitté en 2006. Henri, dimanche, est parti la rejoindre. C’étaient des amis. De ceux dont le souvenir restera à jamais dans nos cœurs. Nous les aimions pour leur gaité, leur élégance. Elle et lui rayonnaient à Séville, cette ville inouïe où le tragique de l’existence est mis en scène  dans  les ocres dorées de ses arènes. Une ville de fête où la présence de la mort a l’odeur sucrée du jasmin. Nous nous y rencontrâmes quelquefois. Toujours dans l’espoir d’assister au miracle. Celui de l’éphémère beauté des trois ou quatre véroniques que voudrait bien nous offrir Curro Romero. Un temps ralenti, étiré, suspendu dans le cercle de la vie. Dans une forme mêlant le rouge et le noir. Une vie plus forte que la mort. Voluptueuse. A l’image de ses jeunes danseuses de sévillanes déambulant à la tombée du jour sur les berges du Guadalquivir… Suerte Henri !

 

La hyène ricaneuse.

 

 

Article très intéressant de ” Slate “ sur la Hyène ricaneuse. A le lire au second degré on en tire un réel plaisir de lecture. Ainsi ce paragraphe où, je ne sais pourquoi, j’ai immédiatement pensé à un de nos amuseurs-sniper qui, tous les matins , sur une radio du service public, tire à vue et vulgairement sur tout ce qui se présente dans son champ de vision. A la condition toutefois que ses cibles soient dans le camp des méchants opposés à la bienpensance morale auto-proclamée. Un exercice très gratifiant au plan symbolique, sans danger et grassement payé : ” … en termes d’image publique, la hyène est avant tout handicapée par son rire. Gloussement innocent pour l’oreille objective, elle sonne pour beaucoup d’hommes comme un ricanement démoniaque qui annonce quelque plan machiavélique. En réalité, la hyène émet ce son caractéristique quand elle n’arrive pas à obtenir ce qu’elle veut; c’est l’expression d’une excitation mêlée à de la frustration. Les variations dans la hauteur du rire sont par ailleurs révélatrices de l’âge et du statut social. La hyène possède en effet un répertoire vocal parmi les plus riches de tous les mammifères terrestres, primates compris. Le rire n’est que l’une de ses nombreuses vocalises, à côté par exemple du cri enjoué qui signifie «je suis là», et de la kyrielle émouvante de murmures et de grognements échangés entre la mère et ses petits. “

L’art de ramper.

 

 

 

 

C’est Nadine qui m’a remis en mémoire ce texte du baron d’Holbach: L’Art de ramper à l’usage des courtisans.  (Disponible en téléchargement sur Gallica). Un petit bijou de sociologie politique qui n’a pas pris une ride. Et quel style! Une vingtaine de pages qui éclairent notre “comédie du pouvoir”. Qu’elle se joue à Paris, Montpellier où Cucugnan. A l’Elysée ou dans un Hôtel de Région.Dans une entreprise ou une ONG… Lisez ce  petit extrait. Pas mal, non? 

 

d'holbach 001 

La leçon de Camus.

Le 4 janvier 1960, Albert Camus se tuait dans un accident d’automobile. Il y eut des éloges sincères. Et d’autres qui ne l’étaient pas, prononcés par ceux qui, de son vivant, ne “voulant pas désespérer Billancourt” au nom de la défense du “socialisme réel”, l’avait traîné dans la boue. Ceux là même qui préférèrent avoir eu tort avec Sartre et qui occupent toujours les esprits d’une “petite bourgeoisie intellectuelle” toujours prête à cautionner, au nom d’un anti-américanisme pathologique, les diverses formes de terrorisme et de fanatisme pourvues qu’elles se présentent sous les traits d’un peuple idéalisé ou d’une classe dominée.

Camus avait pourtant averti que le bacille de la peste veillait et veillerait jusqu’à la fin du monde; et qu’il était tapi au plus profond de nos consciences, fussent-elles éclairées par la recherche du bonheur ici-bas.

Cette leçon, je l’ai comprise un peu tard. L’attrait et le charme d’une posture romantique sans risque, théorisée  par les détracteurs de Camus, étaient à l’époque trop puissants pour des jeunes gens avides de changer le monde.

Depuis, il est mon compagnon de route… 

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio