Contre-Regards

par Michel SANTO

Deux humeurs!

André Navarro, le rédacteur en chef narbonnais de l’Indépendant, est bien meilleur analyste politique que son homologue du Midi Libre.

Le second nous explique, à la manière de Coué version Royal, que Jacques Bascou (PS) est bien arrivé derrière Py (UMP) au premier tour, mais que la réserve, à droite, est vide alors qu’à gauche , elle est suffisamment abondante pour qu’elle puisse encore espérer conserver son siège. De justesse, quand même, et à condition de mobiliser les abstentionnistes. Allez Jacques !

Le premier, plus lucide, qu’on est devant le même schéma que le premier tour des présidentielles, à la différence près, cependant, que, contrairement à Ségo, c’est le candidat UMP qui vire en tête (historique en terres cathares !) et qu’il serait inexact de soutenir que la gauche aurait été plus abstentionniste que la droite. Dernière remarque corroborée en effet par un sondage commenté dans Libération, aujourd’hui : « 29 % seulement des sondés se sentant proches du PS se sont abstenus, soit dix points de moins que la moyenne nationale. C’est même un tout petit peu moins que les électeurs UMP (30 %). » Aïe ! Aïe ! Jacques !

Deux manières de voir la réalité, deux tempéraments. Deux humeurs. Le Midi Libre mobilise, et voit plutôt rose.L’Indépendant analyse, et voit plutôt bleu…

Cinq ans!

Des lendemains qui pleurent ! Et du bleu partout…C’est la gueule de bois dans la maison rose narbonnaise. Comme prévu … Et ce n’est pas fini ! Car la logique à l’œuvre est bien de faire élire Py.

Pour des raisons d’efficacité : il sera mieux entendu dans les ministères. D’équilibre du pouvoir départemental et régional : il fera taire l’arrogance des Frèche et consorts. De réaménagement du PS : il obligera ce parti à revoir son projet, son programme, sa stratégie…et ses dirigeants.

Cinq ans en salle d’étude, c’est si vite passé…

Ils riment!

Je ne l’avais pas remarqué, mais il est vrai que Chavez et Nappez riment ensemble. C’est Hugo qui me le signale aujourd’hui après avoir fait sa prière matinale. 
Où vont donc se nicher les ressemblances !

Vite dit…

anti_bug_fck

Un de mes amis socialistes se plaignait, entre de vagues considérations sur la guerre des clans au sein de la gauche « plus-rien » (Noël Mamère), d’une presse totalement inféodée à la droite « tout-tout ».

Briser un destin!

anti_bug_fck

La vague bleue sur laquelle surfe Michel Py va-t-elle emporter notre député rose Jacques Bascou ? La question se pose bien, en effet. Et elle agite beaucoup notre petit landerneau médiatico-politique narbonnais. Sarkozy devant Royal sur le littoral, et Ségolène juste, juste devant Nicolas sur la circonscription, la situation est délicate pour le sortant. L’effet présidentiel et l’effet abstention jouant en faveur de Py, le léger avantage de Bascou risque de fondre comme le gras sur le gril. Et ce n’est pas avec des conférences de presse pimentées par la présence du brillant président du Conseil général (Monsieur « C’est la faute à l’Etat ») et du non moins sémillant sénateur à vie Courteau (Monsieur « C’est toujours la faute à l’Etat ») que les choses peuvent s’arranger. Je crains au contraire le pire…On nous dit même qu’avec un député socialiste le budget de fonctionnement de la maison de retraite de Bizanet serait garanti. Sans rire ! On en pleure encore dans les bistrots des Halles de Narbonne. Où on se dit finalement que l’appel au changement de logiciel ne peut pas être entendu en Narbonnais. Dans ces conditions, il ne faudra pas s’étonner que les électeurs décident de changer de machine…, de briser un destin, comme le dit pathétiquement un commentateur local. Pour en forger un autre…