Contre-Regards

par Michel SANTO

Vivement dimanche!

imagesDimanche, le choix se fera sur une personnalité et des valeurs plutôt que sur des programmes à 100 ou 150 propositions qui dépassent de toute façon l’entendement moyen du citoyen même correctement informé. Quant aux autres…

C’est aussi ce que André Fontaine développe dans son article du « Monde » d’aujourd’hui. J’en cite l’impeccable conclusion:

Le successeur du général de Gaulle et de François Mitterrand doit savoir qu’il n’aura pas la vie facile. Il lui faut un courage et une santé à toute épreuve, une vision ferme de ce qu’il peut attendre de la France, des Français et des autres, la capacité d’écouter mais aussi celle d’imposer des mesures impopulaires. Le niveau élevé d’électeurs encore indécis dans les sondages n’est-il pas le signe que c’est ce qu’attend de lui ou d’elle une grande partie de l’électorat. ? 

De qui est ce donc le portrait robot?

Nous le saurons bientôt. Si les électeurs (… trices ) l’entendent bien ainsi…

Un chien qui miaule.

 

Dans le journal « Le Monde », d’aujourd’hui : Julien Dray, a demandé « que toute la lumière soit faite sur ces incidents ». Il a estimé que ces affrontements « illustrent le climat de tension, le fossé et la violence désormais installés entre la police et la population »

Ah ! les mots en disent souvent plus sur ceux qui les prononcent que sur les réalités qu’ils sont censés représenter.

Ainsi, pour Julien Dray qui, depuis quelques temps, se taille une figure de Ministre de l’Intérieur d’un gouvernement présidé par Ségolène Royal, les scènes d’émeutes d’hier à la gare du Nord seraient des incidents (?) et illustreraient la violence installée entre la population (bis ?) et la police.

La population ? Mais laquelle sacrebleu ? La laborieuse, l’agricole, l’ouvrière, la scolaire, l’active. Celle du globe, la française. Celle des banlieues, peut-être. Ou bien alors celle de cités. Ou bien encore celle de certaines cités. Ou bien…ou bien…

De bons maîtres m’ont enseigné que la compréhension d’un problème, d’une question…d’une réalité quelconque supposait une correcte dénomination. Là, pour le coup, la confusion est à son comble. Et on voit bien ce qu’elle masque : la peur de dire l’ignorance, la brutalité et la bêtise de groupes d’individus pour qui l’autorité de la loi et les valeurs de la république n’ont aucun sens. Une infime minorité que Monsieur Dray enveloppe d’une bienveillante et innocente population.

Il existe une formule pour désigner ce genre de confusion sémantique : « Un chien qui miaule ». Pendant ce temps, Le Pen, lui, rigole…

Dits de Jacques Imbert.


 

Rangement de ma bibliothèque. Une façon de parler. Dérangement serait plus approprié. Un rituel pour replonger au hasard dans des textes qui ne me quitteront plus. Ainsi cet étrange ouvrage : journal, poésie, prose…de Jacques Imbert « Les jours et les autres », édité par Jacques Brémond.

Le 13 octobre 1988, il écrit ceci : « Première amabilité entendue, d’élu à élu, sur le sol languedocien : Je te couperais en tranches comme un kiwi ! ».

Six ans plus tard, le 14 octobre 1994 : «  Il nous félicite pour notre enthousiasme et je ressens aussitôt, sous l’apparence du compliment, un insondable mépris. »

Et le 25 novembre 1989 : « Ne pas oublier ce que Pierre Emmanuel appelle la préméditation de l’inconnu et à laquelle rien ne résiste, pas même les systèmes les mieux organisés. »

J’ai oublié de préciser que Jacques Imbert était aussi Directeur Régional des Affaires Culturelles. Je l’ai rencontré à quelques reprises, à Montpellier, lorsqu’il exerçait dans notre région. A une époque où la communication s’est saisie de la culture…

Georges Dillon.

  animdillon.jpg

Je ne juge pas l’histoire et les hommes qui la firent avec les lunettes déformantes du présent. Je ne supporte pas les fausses indignations des vrais dévots d’une République laïque fantasmée. Je souris jaune à la mise en scène permanente du passé pour de petits profits partisans. Et j’ai, pour finir, le plus grand respect pour l’œuvre de Monseigneur Dillon et la pensée du cardinal Lustiger. Mais on me permettra de trouver les cérémonies qui ont présidé au retour des « restes » du grand archevêque à Narbonne dignes d’un médiocre péplum. Cet homme et son « petit tas de secrets » méritait quand même mieux que ces noirs décors au milieu desquels tournoyaient  quelques toges rouges et la blanche hermine de G. Frêche, puissance invitante, qui a réussi le tour de force de brosser son autoportrait tout en feignant de dresser le bilan de son illustre prédécesseur : « Nul n’est parfait ! Tous les grands hommes ont des hauts et des bas. Et beaucoup de gens finissent difficilement. Mais ne compte que ce qui reste… » Les harkis, les blacks et tous ceux qui, hier et demain, ont été et seront humiliés par ce personnage ont déjà fait le leur…Cela dit, la presse locale, muette d’admiration, s’est réjouie de la qualité du spectacle et du talent des acteurs !  

Pauvre Arthur!

 

Arthur-Charles Dillon, fut le dernier archevêque et primat de Narbonne dont il occupa le siège de 1763 jusqu’à son exil sous la révolution. Il mourut à Londres le 5 juillet 1806 et fut inhumé le 11 juillet suivant au Cimetière Saint Pancrace de la même ville. Saint très honoré en Corse d’ailleurs. Et plus particulièrement par les bandits « d’honneur », sous la protection duquel ils se placèrent pour des raisons que les spécialistes de l’île de beauté n’ont pas encore élucidées.

Eh bien, le voilà de retour notre Monseigneur Dillon ! Du moins ce qu’il en reste. C’est-à-dire pas grand-chose.

Point de miracle et de bandits corses,dans cette affaire, mais une farouche volonté, celle du président de la commission archéologique, J. Michaud, et,surtout, le secours providentiel d’une pelle mécanique sur le site de Saint pancrace. Les voies du Seigneur sont décidément  bien impénétrables et offrent à Narbonne, pendant ces trois jours, un décorum d’Ancien Régime.

Pompes et discours, messes et homélies, conférences et petits fours,soutanes et tenues sombres raviront tout le petit gotha républicain et ecclésiastique local réunit pour la circonstance.

On aime cultiver le passé dans nos régions. Toujours forcément glorieux… Des cathares aux archevêques en passant par les révoltés de 1907.. Une manière comme une autre d’instrumentaliser l’histoire.D’oublier un présent si trivial et qui, l’ingrat, résiste,à toutes ces mises en scène sulpiciennes.

Quant à ce que ce retour inattendu suscite un « enthousiasme certain dans l’opinion régionale » et des manifestations de ferveur dans les rues de Narbonne, comme l’espère ses promoteurs, espérons qu’il n’en sera rien. Dans le cas contraire, il y aurait de quoi s’inquiéter pour notre santé mentale collective.


Articles récents

Européennes, municipales  : les filets jaunes de la tromperie sont lancés !

Européennes, municipales : les filets jaunes de la tromperie sont lancés !

L'humeur du pays est jaune fluo ; la mienne est plutôt noire. Entendre des candidats, lors de la campagne présidentielle, expliquer qu’il faut une taxe carbone et les voir, aujourd'hui, lancer leurs [Lire la suite]
Petit retour sur le dernier Radio Barques avec Didier Mouly, invité…

Petit retour sur le dernier Radio Barques avec Didier Mouly, invité…

Dans la dernière édition de Radio Barques, sur Grand Sud FM, nous recevions, en invité, le maire de Narbonne, Didier Mouly. Pas de surprise au plan politique ! Il a toujours dit qu'il serait candidat[Lire la suite]
Les "lumières" indiscrètes de Jacques Molénat sur les francs-maçons du Midi…

Les "lumières" indiscrètes de Jacques Molénat sur les francs-maçons du Midi…

Jacques Molénat, qui vit et travaille à Montpellier, vient de nous livrer son dernier ouvrage : "Voyage indiscret chez les Francs-Maçons du Midi". Un milieu que cet ancien journaliste connaît bien[Lire la suite]
La presse ! Chronique d'une mort annoncée ?!

La presse ! Chronique d'une mort annoncée ?!

          Bernard Lecomte note dans son blog qu'aux Etats-Unis, sur les 3.143 comtés qui composent le territoire, plus de 2.000 n’ont plus de quotidien local,[Lire la suite]
Madame Delga nous offre un menu racoleur, lourd et indigeste…

Madame Delga nous offre un menu racoleur, lourd et indigeste…

      Il y a des jours où l’envie me prend d’envoyer à mes élus régionaux aux manettes de l’Occitanie une bien belle et bien grosse tarte aux pignons sur la tête (symbolique,[Lire la suite]
Le bal masqué des municipales à Narbonne sera aussi celui du Grand Narbonne…

Le bal masqué des municipales à Narbonne sera aussi celui du Grand Narbonne…

            Samedi, nous recevions à Radio Barques Édouard Rocher, le maire radical de Coursan, (en même temps de gauche et de droite, depuis la fusion du[Lire la suite]