Contre-Regards

par Michel SANTO

La Cranquette, et les songes de certains soirs d’été devant cette maison aux volets bleus…


J’ai longtemps rêvé, certains soirs d’été, devant cette maison aux volets bleus située en plein coeur du vieux Gruissan. Ses occupants, sous la  treille, goûtaient le calme et l’air frais du moment. Je m’imaginais alors les rejoindre autour de leur petite table basse sur laquelle reposaient des verres emplis d’une boisson fraîche. Une main m’attendait pour me conduire dans sa pièce la plus sombre où je m’installais entre les bras du fauteuil le plus profond.

L’imprimerie Farges, dernier vestige d’un centre ville qui perd son « âme » !


C’est dans le New York Times – et en français ! – qu’Adam Nossiter publie un très bel article (ici) titré : « En France, le déclin des villes de province est celui d’un marqueur de son identité. » Il nous amène à Albi, une ville qu’il connaît depuis presque 35 ans, pour y être passé à plusieurs reprises après l’installation de ses parents à Paris lorsqu’il avait 4 ans, pour en faire l’emblème, le témoin de ce déclin.

Ces micro-évènements qui font l’absurdité ou la beauté du monde | Contre-Regard.com

hirondelle-contre-regards-michel-santo


je suis de ceux qui vibrent au micro-évènement d’une hirondelle posée sur un fil électrique à basse altitude, environ trois mètres, et qui se laisse approcher jusqu’à voir sa gorge blanche frémir sous un vent d’ouest de fin d’après midi, sur l’ancien chemin de halage du canal des Deux-Mers, au Somail, ce superbe hameau situé à quelques kilomètres seulement de Narbonne, malheureusement amputé de valeureux platanes rongés par une maladie incurable, qui jusqu’alors offraient aux promeneurs leurs ombres protectrices les jours d’intenses et brûlantes lumières d’été.

Un dîner à l’Auberge des Jacobins (Narbonne) ! |Contre-Regard.com

Contre-Regards-Auberge-des-Jacobins-06


C’était un temps, dans les années 1975-1982, où j’occupais un bureau dans un ancien hôtel particulier de la rue de Bellechasse, à Paris. Le Ministère de l’industrie y avait installé sa Direction des Industries Chimiques et Textiles au sein de laquelle celles du verre et de la chimie minérale, notamment, faisaient l’objet de toute mon attention professionnelle. Parmi les rituels qui organisaient alors mes déplacements dans ce quartier dit des «ministères», celui qui m’amenait jusqu’au kiosque à journaux situé entre le Ministère de la Défense et la sortie du métro Solférino, revêtait plus particulièrement, et au quotidien, un caractère de première nécessité.

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Une journée particulière au « Domaine de Fontenelles », à Douzens…

domaine-de-fontenelles-contreregards


De violents orages s’étaient abattus toute la nuit sur les toits de la ville et la crainte que la pluie du lendemain  tombant par rafales  rende impossible notre amicale fête chez Thierry et Nelly dans leur magnifique propriété de Douzens, le « Domaine de Fontenelles » ¹ , s’éloignait au  fur et à mesure de sa transformation en une généreuse et pacifique offrande à des terres et des vignes aux sols gagnés par une désespérante sécheresse.

Articles récents

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

      Narbonne fut grande, capitale aussi d'une vaste province romaine. Elle ne l'est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l'empêche pas d'honorablement t[Lire la suite]
Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

      Bon ! je ne vais pas en rajouter à la "déferlante" de féroces critiques qui s'abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une "gran[Lire la suite]
Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]