Contre-Regards

par Michel SANTO

Cesare Battisti ou l’honneur perdu de la Ville de Frontignan…

Fred Vargas en discussion avec Battisti à Frontignan

En 2004, lorsque Cesare Battisti* est arrêté à Paris et menacé d’extradition vers l’Italie où il avait été condamné par contumace à la prison à perpétuité pour meutres,  le maire de Frontignan, l’avait fait citoyen d’honneur de la ville avec remise de médaille symbolique. Pierre Bouldoire estimait alors qu’une extradition serait “une injustice. Il finira sa vie derrière les barreaux. Or, son procès s’est déroulé dans des conditions plus que douteuses”.

En juin 2011, quelques jours avant l’ouverture du “festival international du roman noir” de cette même petite ville héraultaise, dont l’invité d’honneur était alors Fred Vargas (qui toujours et toujours contre l’évidence a soutenu l’innocence de son ami italien), Cesare Battisti était libéré par la justice brésilienne après quatre ans passés dans ses prisons. Il revenait à Frontignan “par la grande porte, celle d’une prison qui s’est ouverte à l’autre bout de la planète”, se réjouissait, lyrique, la correspondante du Midi Libre…

En 2018, le nouveau président du Brésil, Michel Temer signe son acte d’extradition vers l’Italie. Et, en ce début d’année 2019, il est finalement arrêté en Bolivie et extradé vers l’Italie, où il purge sa peine. Il reconnaît finalement ses crimes et avoue avoir trompé les personnalités de gauche l’ayant soutenu.

Hier, mercredi 27 mars, l’écrivaine Fred Vargas, interviewée par l’agence de presse italienne, à Paris, a déclaré : “en tant que chercheur, je le considère toujours comme innocent”. “”Je n’ai aucune excuse à présenter”. Quand lui a été demandé si elle avait été informée des aveux de Battisti, Fred Vargas a répondu : ” Ses déclarations ne me font pas mal, elles me laissent indifférent. Il est possible qu’il ait ses raisons, peut-être qu’il existe des raisons, je ne sais rien, je le laisse libre de dire ce qu’il a choisi de dire “**.

Et vous, Monsieur Pierre Bouldoire,  n’avez-vous donc aucune excuse à présenter ? Considérez-vous toujours monsieur Césare Battisti comme un citoyen méritant l’honneur de votre cité… Au risque de perdre le vôtre !

*Je rappelle que Battisti, activiste de l’ultra-gauche, membre des “Prolétaires Armés pour le Communisme” (PAC), a commis en 1978 et 1979 deux meurtres et en a commandité deux autres. Après avoir fui la justice italienne, il s’est réfugié en France, où Mitterrand avait lui avait offert l’immunité. S’étant  fait connaître comme auteur de polars, menacé d’extradition, il avait fini par fuir la France pour se réfugier au Brésil.  Tous ces défenseurs, qui aujourd’hui  se taisent, s’appelaient, Bernard-Henri Lévy, Philippe Sollers, Danièle Mitterrand, Noël Mamère, Gilles Martin-Chauffier, François Guérif, Guy Bedos, Fred Vargas, Pierre Vidal-Naquet, Dan Franck, Miou-Miou, Lio, Jacques Higelin, Georges Moustaki etc.

** Voici, selon La Stampa, ce qu’a déclaré Battisti, après avoir enfin reconnu ses crimes : « Je n’ai jamais été victime d’une injustice, je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à certains d’entre eux. »

Le marché de la salle multimodale de Narbonne serait-il illégal ?

Le 8 décembre 2016, je publiais un  billet dans lequel je doutais de la légalité du marché conception-réalisation concernant l’Arena de Narbonne. Demain, Jeudi 14 Mars, le Rapporteur Public (ex-Commissaire du Gouvernement) du Tribunal Administratif de Montpellier va enfin présenter ses conclusions devant ses collègues magistrats. Leur décision sera connue quelques jours après (sous quinzaine) sachant, qu’en général, ils suivent les conclusions du Rapporteur Public – en les amendant, éventuellement…

Copie du billet du 8 Décembre 2016 :

 

Madame Nathalie Granier-Clavet n’est plus la 3e adjointe du maire de Narbonne déléguée, notamment, à l’urbanisme. Elle ne pourra pas donc pas m’éclairer, en tant que telle, en tout cas, sur certains aspects juridiques, de la procédure, très particulière, retenue pour l’attribution du marché public concernant la salle multimodale.

 

En effet, contrairement aux marchés classiques conditionnés par l’interdiction d’associer une entreprise à la conception d’un ouvrage, c’est la procédure dite « conception-réalisation » qui a été choisie par le conseil municipal par une délibération du conseil municipal en date du 24 septembre 2015.

Fin du suspens juridique pour l’Arena de Narbonne, jeudi prochain !

 

C’est le 14 mars prochain, en première instance et au Tribunal Administratif (T.A) de Montpellier, que va se jouer l’avenir de l’Arena de Narbonne. En bloc, puisque seront examinés le référe-suspensif – qui devrait être vite expédié – , suivi de conclusions sur le fond du marché conception-réalisation – et sa validation ou pas.

Carnet : Choses lues et entendues…

C’est désespérant : tout lire, et ne rien retenir ! Car on ne retient rien. On a beau faire effort : tout échappe. Çà et là, quelques lambeaux demeurent, encore fragiles, comme ces flocons de fumée indiquant qu’un train a passé. (Jules Renard, dans son Journal).

280 000 personnes, puis 166 000, 136 000 dans les rues marchant, gueulant, cassant, flinguant derrière la banderole d’une intersyndicale ou de LFI, c’est banal, et les commentateurs zappent. Mais vêtues d’un gilet jaune, c’est le peuple, et les mêmes buzzent. Seraient-ils 100 à zader 10 ronds points, ce peuple toujours, Tood, Piketti, Onfray et Alain de Benoist, bouches d’or, en chanteraient les beautés.

Ce matin, au marché de plein air de Bourg, s’adressant à une dame, un marchand de fruits et légumes au traits disons “orientaux”, lui demande : “Et avec ça, ma nine ?”. Qui peut encore douter de la puissance assimilatrice de notre langue ?

Ai  terminé, hier soir, “Visite à Godenhom” de Ernst Jünger. Synopsis : dans un pays nordique austère et gris, plongé dans un crépuscule perpétuel hanté par le vent et les oiseaux de mer, une barque emporte 3 jeunes gens, en quête de vérité, vers l’île de Godenholm où vit Schwarzenberg, un vieux sage reclus. Éblouissant ! Voici ce qu’en disait Robert Kanters, dans Le Figaro littéraire :  « Le court récit de M. Ernst Jünger est une oeuvre proprement admirable. Rarement la beauté plastique d’un texte apparaît avec autant d’évidence comme le rayonnement de sa vérité profonde. Par-delà le brouillard de tristesse et de désespoir que nous laissons parfois monter dans notre âme de la sottise et de la méchanceté des hommes et de notre propre orgueil, nous rapportons de cette Visite à Godenholm l’assurance que le soleil intelligible existe pour notre réconfort et notre joie. On n’a pas très souvent l’occasion de parler ainsi d’un livre. Le reste n’est que littérature, et même cabotinage.» (Robert Kanters, Le Figaro littéraire). Pas mieux ! Extraits :

 

La richesse et la puissance, avec toutes leurs images, ne semblaient être que les intérêts, le profit terrestre issus d’un capital invisible. Celui-ci ne s’épuisait jamais, et recommençait à ruisseler comme une source, en tous lieux où survenaient leurs princes, leurs poètes et leurs découvreurs.

Il y avait toujours une conscience, une sapience supérieure à la contrainte de l’Histoire.

Son tourment, l’inquiétude qui l’agitait consistaient en une quête incessante de choses qu’il ne possédait pas. Comme il ne les avait non plus jamais possédées, ces aspirations n’avaient rien de romantique. C’était un malaise, un sentiment confus des pertes imposées par le temps, qui l’agitait. Il ressemblait à la mouche prisonnière de la bouteille, lorsqu’il tournoyait ainsi le long du mur invisible qui le retenait captif. Bien qu’il ne le discernât pas, il ne souffrait que plus profondément de cette limite inexplicable dans l’espace de la liberté. Comme nombre de ses contemporains, et même presque tous, Moltner était écrasé par un sentiment de privation.

« Vous tenterez toujours de vous dérober derrière des mots, quand la situation devient sérieuse : d’où vos souffrances. »

 

Articles récents